Beaujolais, Beaujolais-Villages : le verre à moitié vide ou à moitié plein ?


30/10/2019

Le Beaujolais a produit en 2018 de magnifiques vins rouges et des blancs plus hétérogènes. Ce, dans un contexte économique marqué par la poursuite des arrachages… et de la montée en gamme.


Notre dégustation des beaujolais et beaujolais-villages 2018 peut s'analyser selon l'opposition classique entre le verre à moitié vide et le verre à moitié plein. Côté qualité, 2018 prolonge la série des millésimes de très, très haut niveau en gamay et ce, dans un style « solaire » ; les vins rouges sont complets : charnus, denses, croquants, pleins de fruit, un peu moins concentrés que les 2017 ou les 2015, mais sans doute plus tendres et plus charmeurs ; ils seront délicieux à déguster jeunes. Cerise sur le gâteau, le millésime n'a pas connu d'intempérie majeure à l'échelle régionale ; 2018 a donc permis de remplir les caves, ce qui pourrait s'avérer très utile au plan commercial alors que se profile déjà un millésime 2019 qui s'annonce au moins aussi bon, mais considérablement moins « généreux ». Le tableau est différent en vins blancs, où (comme en Bourgogne d'ailleurs...) beaucoup de vignerons ont manifestement laissé faire la nature plus que de raison et par son hétérogénéité, liée en priorité à des rendements élevés, 2018 marque une rupture en chardonnay avec les millésimes précédents ; on est donc pressé de goûter à nouveau bientôt des blancs avec du fond. Ceci étant, les vins rouges représentant plus de 95 % de la production de vins d'AOC dans le Beaujolais, le verre est quand même franchement à moitié, voire aux 4/5e plein au niveau qualitatif en 2018.

Mais que penser de la situation économique ? Les chiffres sont têtus et ils mettent en évidence une poursuite des arrachages de vignes et ce à un rythme assez soutenu. Entre 2018 et 2017, la région a perdu plus de 500 hectares et l'addition est salée si l'on remonte quelques années en arrière ; en 2013, le vignoble du Beaujolais couvrait encore 16 518 hectares, contre 14 492 en 2018... 2 000 hectares de vignes arrachées en cinq ans seulement ? La réalité est sans doute moins lourde, dans la mesure où entre-temps des surfaces importantes (on parle de 1 000 hectares au moins) ont été dédiées à la production de vins d'AOC Bourgogne (crémant de bourgogne, coteaux bourguignons, bourgogne blanc), mais toujours est-il que le vignoble d'AOC du Beaujolais perd chaque année du terrain et cela presque exclusivement en appellations Beaujolais et Beaujolais-Villages ; les crus couvraient en effet 6 137 hectares en 2013, contre 5 940 aujourd'hui ; une quasi-stabilité ! (...)


Il vous reste la moitié de l'article à lire, ainsi que tout le guide d'achat des Beaujolais et Beaujolais villages 2018, dans le numéro 23 de Beaujolais Aujourd'hui, supplément au n°149 de Bourgogne Aujourd'hui.


Repères

Chiffres officiels à la récolte 2018.

Beaujolais-villages

Rouges : 3 673 hectares - 197 527 hectolitres.

Blancs : 92 hectares - 5 421 hectolitres.

Rosés : 63 hectares - 3 149 hectolitres.

Beaujolais

Rouges : 4 234 hectares - 241 095 hectolitres.

Blancs : 220 hectares - 14 132 hectolitres.

Rosés : 270 hectares - 15 266 hectolitres.

Total AOC régionales : 8 552 hectares - 476 590 hectolitres.

Total crus : 5 940 hectares - 312 875 hectolitres.

Total régional : 14 492 hectares - 789 465 hectolitres.





retour