Grêle : un premier bilan lourd à Nuits-Saint-georges et dans le Mâconnais !


06/07/2018

La grêle a frappé la Côte de Nuits et le Mâconnais, mardi dernier, 3 juillet. L'heure est à un premier bilan, lourd, puisque 350 à 400 hectares ont été touchés.

La Bourgogne n'a pas été épargnée par les intempéries ces derniers jours et la grêle a frappé mardi dernier, le 3 juillet, en deux secteurs précis : le sud de l'appellation Nuits-Saint-Georges, en Côte de Nuits (commune de Premeaux-Prissey) et le nord du Mâconnais, dans la zone des appellations Mâcons.

La grêle est arrivée vers 13 h 30, sur la partie sud du vignoble de Nuits-Saint-Georges, touchant tout d'abord les AOC Bourgognes situées en dessous (à l'est) de l'ancienne route nationale Dijon-Beaune, pour remonter vers le coteau des vignes classées en AOC village nuits-saint-georges, puis des nuits-saint-georges premiers crus. Une commission technique composée de vignerons de Nuits, de représentants de l'INAO... avait été programmée par hasard le lendemain 4 juillet, pour faire le point sur l'état du vignoble à deux mois environ des vendanges et elle en a profité pour faire une première évaluation des dégâts occasionnés par la grêle.

Les plus importants ont été enregistrés dans les premiers crus situés dans la partie la plus au sud du vignoble de Nuits. On parle de 20% de perte dans le premier cru les Cailles, 25-30% dans les Saint-Georges, les Vaucrains ; les pourcentages grimpent en allant vers le sud et en arrivant à Premeaux-Prissey : 30-40% dans le Clos des Forêts-Saint-Georges, 40-45% dans le Clos de la Maréchale, en limite sud de l'appellation, avant d'atteindre le village de Corgoloin (AOC Côte de Nuits-Villages) où les dégâts sont moins importants. En allant vers le nord, les dégâts sont limités : 5% environ de perte estimée dans les Pruliers, juste au-dessus des maisons de Nuits, à 300-400 mètres à vol d'oiseau du premier cru Les Saint-Georges. Quant à la partie nord du vignoble nuiton (côté Vosne-Romanée), elle a été totalement épargnée. Un deuxième orage a touché simultanément le vignoble des Hautes-Côtes de Nuits, situé juste au-dessus de Nuits-Saint-Georges, sur le village de Chaux ou encore le lieu-dit réputé des Dames Huguette. 150 hectares de vignes ont été touchés par ces orages très humides (40 à 60 mm de pluie en 45 minutes).

A noter que l'orage principal est manifestement arrivé du nord-est, ce qui est totalement inhabituel en Bourgogne, les orages arrivant presque toujours du sud-ouest. Le réseau de générateurs anti-grêles (article joint) disposés logiquement au sud-ouest de la côte viticole n'a donc probablement, pour cette fois au moins, pas été d'une grande efficacité.

Le même jour, vers 18 h 00, un autre orage a frappé plus au sud, le vignoble du Mâconnais ; les villages de Bissy la Mâconnaise, Cruzille et Lugny sont les plus touchés. "200 hectares environ ont été grêlés avec des pertes de récolte estimées entre 50 et 80% selon les secteurs", précise Jérôme Chevalier, président de l'UPVM, Union des Producteurs de vins Mâcon. Soyons précis en ajoutant que le lendemain, mercredi 4 juillet, la grêle a également frappé les vignobles de l'Yonne, à Chablis, Saint-Bris le Vineux... mais avec des conséquences bien plus limitées.

Le meilleur remède après la grêle, c'est le soleil, qui va éviter l'installation des maladies, de la pourriture, sécher les grains abîmés, qui, dans l'idéal, tomberont au sol. Par chance, le beau temps est annoncé pour la semaine prochaine...


Christophe Tupinier



retour

Articles similaires recommandés par la rédaction

Les Bourguignons ouvrent le parapluie anti-grêle Les Bourguignons ouvrent le parapluie anti-grêle

La grêle a fait trop de dégâts ces deux dernières années pour que les vignerons restent les bras croisés. Résultat : la mise en place cette année d'un réseau de 34 "générateurs" anti-grêle.