Les grandes manoeuvres au domaine Leflaive !


09/08/2019

Les oxydations prématurées des vins blancs sont un poison qui ronge l’esprit des vignerons et sape la confiance de beaucoup de leurs clients. Comme beaucoup d'autres, le Domaine Leflaive (Puligny-Montrachet) a été montré du doigt mais il a décidé de prendre le taureau par les cornes.


Que l'on ne s'y trompe pas... Tout aussi impressionnante qu'elle puisse être, la dégustation verticale de grand cru blanc chevalier-montrachet organisée fin avril par le célébrissime Domaine Leflaive, à Puligny-Montrachet (21) et présentée dans ce numéro de Bourgogne Aujourd'hui, est à prendre comme un message ; Brice de la Morandière arrivé aux commandes le 27 avril 2015, après le décès d'Anne-Claude Leflaive, le résume ainsi. « Nous avons pleinement conscience que le domaine a pu avoir, comme beaucoup d'autres, ni plus ni moins, des problèmes d'oxydation prématurée ou d'évolution trop rapide de certains de ses vins blancs. Mais comme nous pensons que ne déguster que des vins jeunes, frais, parfois tranchants comme des rasoirs, c'est se couper de toute la beauté des arômes apportés par le temps, se couper de la nature vivante du vin, alors nous avons mis en place un véritable plan de bataille pour pouvoir commercialiser à l'avenir des vins vieux et pour garantir à nos clients qui paient cher nos bouteilles qu'ils ne pourront plus être déçus à l'avenir ; tout simplement parce qu'il est inacceptable d'être déçu par un vin du Domaine Leflaive ».

Nous ne prétendons pas connaître vraiment Brice de la Morandière, mais il nous semble quand même qu'il n'est pas homme à laisser un problème en suspens en espérant qu'il se résolve par l'opération du Saint-Esprit. Il serait plutôt du genre à prendre le taureau par les cornes. Résultat, depuis trois ans, 20 000 bouteilles de grands crus et de puligny-montrachet premier cru Les Pucelles, des années 1980 à 2009, ont ainsi été contrôlées une par une grâce au système Eternam mis au point par la société Michael Paetzold ; 20 000 bouteilles débouchées, dégustées, éliminées en cas de problème ou rebouchées dans 90 % des cas en bouchon Diam. Les premières mesures ont donc consisté à « assainir » le stock qui dormait dans les caves du domaine.

Les secondes ont été rapidement engagées avec une accélération liée à l'arrivée en janvier 2017 de Pierre Vincent, un oenologue, au poste de directeur général, avec pour mission première : la vigne et le vin. Pour tenter d'apporter des solutions de fond aux problèmes d'oxydation prématurée, de « premox » comme on les appelle dans le vignoble, le Domaine Leflaive a tout d'abord tenté d'en cerner les causes pour en déduire une sorte d'échelle des « responsabilités ». (...)

Il vous reste la moitié de l'article à lire dans le numéro 148 de Bourgogne Aujourd'hui, ainsi que la dégustation verticale exceptionnelle de Chevalier-Montrachet grand cru blanc du domaine Leflaive, des millésimes 2012 à 1989. Le magazine est également disponible par abonnement ; toute souscription à une offre d'abonnement "web" ou "premium" (web + papier) donne accès immédiatement au numéro en cours (le 148 donc) sur notre site, en format pdf.



Le domaine Laflaive

Gérant : Brice de la Morandière depuis avril 2015.

Directeur-général, oenologue : Pierre Vincent (depuis janvier 2017).

Le domaine : 27 hectares en Côte de Beaune et 24 dans le Mâconnais.

100 % chardonnay.

75 % des ventes à l'exportation.

AOC « phares » : Montrachet (8 ares), Chevalier-Montrachet (1,8 hectare), Bâtard-Montrachet (1,73 ha), Bienvenues-Bâtard-Montrachet (1,16 ha) grands crus, Puligny-Montrachet premiers crus Les Pucelles (2,75 ha), Les Folatières (1,07 ha), Les Combettes (73 a) et Clavoillon (4,08 ha) ; Pouilly-Fuissé (2,67 ha, dont les cuvées Le Chaneau et En Vigneraie), Mâcon-Verzé (19 ha, dont les cuvées Les Chênes et Le Monté).

retour