Lucien Jacob est décédé


02/12/2019

Homme d'engagement au service des appellations, Lucien Jacob est décédé.

Le Président, main levée, salue la foule qui l'entoure. Façon miss France mais le mouvement est largement plus énergique. Il inaugure le salon de l'agriculture, à Paris, à sa façon au pas de charge et passe de région en région. Lorsque, soudain, sur le stand Bourgogne, Jacques Chirac traverse la barrière de gardes du corps et de photographes qui le contenait. Sa main se tend : « Lucien. Comment vas-tu ? ». Dans la foule, le Président avait reconnu un ami, son ami Lucien Jacob. Lucien Jacob, dans son costume gris, en a eu la larme à l'oeil et a été ému tout le reste de la journée.

La scène résume la personnalité de Lucien Jacob, décédé la semaine dernière à 89 ans. C'était un homme fidèle. Fidèle à ses engagements politiques et à ses amitiés. Les gens, du plus simple au Président, le lui rendaient bien.

Engagé politiquement dès les années cinquante, Lucien Jacob n'a jamais varié. Député par deux fois, conseiller régional puis départemental, maire de son village d'Echevronne, dans les Hautes Cotes de Nuits, il défendait, promouvait sans cesse son territoire. A l'époque, on ne faisait pas de cette nécessité une vertu. C'était le rôle des élus, donc le sien. Alors, Lucien Jacob, d'estrades en réunions, d'hémicycles en dossiers, a construit le territoire tel qu'il est aujourd'hui. Pas tout seul, bien sûr, avec d'autres, il a porté, construit l'appellation bourgogne hautes-cotes au coeur de cette partie du vignoble que l'on appelait alors "arrière pays". Lucien Jacob a aussi, été président des Jeunes viticulteurs.

Engagé toujours, il l'était. Avec humanisme, gentillesse, et comme seules armes son large sourire aux lèvres et sa voix épaisse, un peu rocailleuse, il n'avait de cesse de faire « avancer les choses ».

Cette fidélité politique que ce jour du début des années 2000, Jacques Chirac lui avait témoignée, il l'avait avec les hommes , sans esbroufe, avec chaleur et humilité. Combien ont pu compter sur la fidélité de cet homme moderne, bien avant que l'on parle sur tous les plateaux de télévision, de territoire, de France périphérique ? Lucien Jacob, cette France rurale, il la faisait vivre et elle le faisait vivre. Il l'incarnait tant dans sa vie publique que sur son domaine des Hautes Cotes, aujourd'hui repris par ses enfants.

Thierry Gaudillère


retour