Régnié prend son envol !


15/05/2018

Notre série "un cru, un vigneron" se termine avec Régnié, le "petit dernier" de la famille des crus du Beaujolais.

1988, 2018... Régnié, c'est le "petit dernier" de la famille des crus du Beaujolais et il fête cette année ses 30 ans. Trois décennies, c'est beaucoup, mais c'est aussi assez peu pour installer une notoriété. Si vous ajoutez à cela un contexte économique globalement difficile pour le Beaujolais depuis 10-15 ans et bien on peut dire sans trop risquer de se tromper que le cru régnié est loin d'avoir livré tous les secrets de ses meilleurs climats viticoles. Les vignerons eux mêmes les revendiquent d'ailleurs assez peu sur leurs étiquettes.

Et pourtant, tout ceci pourrait, devrait changer dans les prochaines années. En premier lieu, le potentiel du cru est évident, avec une forte identité granitique, des coteaux exposés plein sud et un style de vin qui séduit : souvent chaleureux, plutôt "solaire", tendre et élégant. Ensuite, quelques vignerons de qualité (Raphaël Chopin, Dominique Piron, Les Capréoles) mettent désormais en valeur des climats (La Ronze, Croix Pénet...), pratiquent des vinifications et des élevages ambitieux. Bref, ils font monter en gamme leurs régnié. Enfin, les vents sont aujourd'hui bien meilleurs pour le Beaujolais qui sort de la tempête.

"Un cru un vigneron", suite et fin, avec Régnié, présenté par Cédric Lecareux (domaine Les Capréoles), un "petit nouveau" arrivé en 2014 seulement, mais qui fait déjà beaucoup parler de lui.

retour