Souvenirs, souvenirs...


31/01/2019

Le village de Gevrey-Chambertin, en Côte de Nuits, a accueilli la 3ème Saint-Vincent Tournante de l'histoire, en 1947.

Gevrey-Chambertin village "star" de la Côte de Nuits est un habitué de la Saint-Vincent Tournante, qu'il organisera pour la 5ème fois en janvier 2020, après 1947, 1960, 1980 et 2000, tous les 20 ans... Cette photo qu'Arnaud Orsel, Intendant Général de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin est allé cherché dans les archives de la Confrérie est forcément émouvante puisqu'elle nous montre le défilé des Chevaliers le 2 février 1947, à la sortie de l'église, sous la neige. Léon Rappeneau, Grand Massier de la Confrérie mène le cortège et on devine au loin avec son hermine blanche Georges Faiveley, le Grand Maitre. Créée en 1938 à Chambolle-Musigny, la Saint-Vincent Tournante avait fait halte l'année suivante à Vosne-Romanée, avant de reprendre après la guerre à Gevrey-Chambertin.

Le point de départ de la Saint-Vincent Tournante remonte au 16 novembre 1934, jour de la création... de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, à Nuits-Saint-Georges, par deux Nuitons, Camille Rodier et Georges Faiveley, accompagnés de leurs amis vignerons et négociants de la Côte de Nuits. Les vins se vendaient mal à l'époque, mais les fondateurs de la confrérie ont tout de suite compris qu'il ne fallait pas baisser les bras et continuer de promouvoir la Bourgogne et de ses vins sur une idée de départ toute simple : "puisque les vins ne se vendent pas, buvons-les et invitons nos amis à les partager avec nous". Les années 30, c'est toute une époque : celle de la création de la Paulée de Meursault, des débuts de la mise en bouteille à la propriété, ou encore de Gaston Gérard, le dynamique maire de Dijon et premier ministre du tourisme français.

Le premier Chapitre de la Confrérie eut lieu le jour de sa création, au caveau Nuiton (sous l'actuel cinéma pour celles et ceux qui connaissent Nuits-Saint-Georges). La Confrérie commencera d'organiser ses Chapitres au Château du Clos de Vougeot à la fin des années 30 (il était alors prêté par Etienne Camuzet, le propriétaire, maire de Vosne-Romanée et député de Côte-d'Or) avant de s'installer définitivement au Château dès novembre 1944 ; tous les chapitres de la Confrérie y sont aujourd'hui organisés au rythme de 16 par an. Quelques années après sa création, la Confrérie eut donc l'idée de remettre en avant cette tradition des sociétés de secours mutuel (souvent baptisées sociétés de Saint-Vincent* mais pas toujours...) qui se réunissaient dans les villages autour d'un "repas de cochon", pour en faire un évènement collectif : la Saint-Vincent, mais "Tournante" était née. Le mot "Tournante" pris d'ailleurs rapidement une vraie dimension régionale, avec une première halte en Côte Chalonnaise, en dehors de la Côte-d'Or donc, dès 1962, à Mercurey, puis Chablis, dans l'Yonne, en 1976 et finalement le Mâconnais en 2009.





retour