Accueil Actualités 2021 : un (beau) millésime classique aux Hospices de Nuits !

publié le 15 mars 2022

2021 : un (beau) millésime classique aux Hospices de Nuits !

Jean-Marc Moron est le régisseur du domaine des Hospices de Nuits-Saint-Georges depuis 1990.

 

 

 

Au domaine des Hospices de Nuits-Saint-Georges, dont les vins du millésime 2021 seront vendus aux enchères ce dimanche 20 mars au château du Clos de Vougeot, Jean-Marc Moron, le régisseur, est plutôt satisfait du résultat final après une année bien compliquée.

109 pièces de 228 litres seront mises en vente, contre 114 en 2020 et 123 en 2019, ce qui n’est finalement pas si mal. “Nous faisons 28 hectolitre/hectare de moyenne en 2021, mais nous en cherchons pas plus de 35 hl/ha, alors c’est correct. Le gel a fait des dégâts un peu partout, mais beaucoup moins qu’en Côte de Beaune et comme il y avait un beau potentiel de récolte, il est resté assez de raisins”, explique le régisseur. Et des raisins dont les maturités n’ont pas atteint les sommets des trois derniers millésimes, mais bien mûrs. “12,5 degrés en moyenne, avec beaucoup de petits raisins millerandés qui ont relargué du sucre en cours de fermentation et au pressurage ; je n’ai pas beaucoup chaptalisé, mais j’aurais même pu m’en passer sur la moitié des cuvées”, explique Jean-Marc Moron. Au final, après un tri finalement assez modéré et ciblé sur quelques parcelles sensibles de raisins atteints par la pourriture, la vinification s’est faite sans histoire, à partir de raisins égrappés à 100% comme tous les ans aux Hospices de Nuits.

Rappelons que le domaine des Hospices de Nuits-Saint-Georges couvre 12,5 hectares en production : 9,7 dont la production est vendue aux enchères en 17 cuvées, essentiellement des Nuits-Saint-Georges premiers crus (6,3 ha – 12 cuvées dont 1 blanc), villages (4 cuvées), mais aussi 83 ares de Gevrey-Chambertin village (1 cuvée). Le domaine compte donc aussi 2,8 hectares de bourgogne rouge et bourgogne aligoté vendus en bouteilles au personnel de l’hôpital.

 

Pour acheter, aux Hospices de Nuits il faut préalablement s’inscrire auprès du commissaire-priseur : Maitre Hugues Cortot – Tél. 03 80 73 17 64 – vregille-cortot@dijonencheres.com – www.cortotetassocies.fr

 

Retrouvez ci-dessous quelques commentaires de dégustations sur nos 10 cuvées préférées en 2021 ; millésime qui s’annonce dans les beaux domaines comme un beau “classique”, qui à coup sûr va trancher avec le côté plus sudistes des trois précédents, tout en restant de bon niveau.

 

 

 

Nuits-Saint-Georges premier cru blanc Les Terres Blanches cuvée Pierre de Pême – 15,5 sur 20

Un beau vin blanc, avec un fruité agréable, “sucré”, signe d’une belle maturité et la minéralité. Du potentiel.

 

Nuits-Saint-Georges village rouge cuvée Guillaume Labye – 16

Issue de deux climats côté Vosne-Romanée (Les Lavières et Bas de Combe), cette cuvée (malo faite) s’exprime avec de beaux tanins soyeux, veloutés, de la chair et un fruité gourmand.

 

Nuits-Saint-Georges village rouge cuvée Claude Poyen – 15,5

Voilà un Nuits bien typé, trapu, dense, avec de beaux arômes de cerises, du fond, de la fermeté, du potentiel.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les Porrets-Saint-Georges cuvée Antide Midan – 16,5

Un beau vin de bouche, complet, avec de la densité, un fruité mûr, un bel équilibre et beaucoup de finesse.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les Murgers cuvée Guyard de Changey – 16,5

Beau nez à dominante florale qui évoque une vendange entière, mais les raisins ont bien été égrappés comme pour toutes les autres cuvées. Le floral est plutôt lié à une bonne maturité du fruit, que l’on retrouve également dans des tanins soyeux et un fruité charnu.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les  Corvées Pagets cuvée Saint-Laurent – 17

Belle robe intense, brillante. Nez “noir”, sur des notes de cerises, de myrtilles… Le vin est pulpeux, riche, avec un beau fruité généreux et beaucoup d’élégance.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les Didiers cuvée Jacques Duret – 17

Rappelons que les Didiers est un premier cru monopole des Hospices de Nuits de 2,4 hectares et que cette cuvée est issue d’un assemblage (50/50) de vignes de plus de 40 ans et de plus de 60 ans. Le vin est coloré, profond, avec des arômes de fruits noirs, des tanins denses, “sucrés” et racés.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les Didiers cuvée Fagon – 17,5

Les vignes vignes (100% de vignes de plus de 60 ans) font une petite différence, avec une robe intense et un milieu de bouche plus concentré, pulpeux que sur la cuvée Duret, tout en conservant la même classe.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les Saint-Georges cuvée des Sires de Vergy – 17,5

C’est un Saint-Georges et il ne faut pas s’attendre à ce qu’il soit prêt à boire quelques mois après la récolte. Le vin est profond, dense, ferme, avec un beau fruité “sucré”, la longueur et l’équilibre.

 

Nuits-Saint-Georges premier cru rouge Les Saint-Georges cuvée Georges Faiveley – 18

Issue de vignes de plus de 60 ans, cette cuvée de Saint-Georges présente une robe intense, des arômes discrets, profonds, intenses, de fruits bien mûrs. Bouche riche, ferme, racée, longue et harmonieuse.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines