Accueil Actualités Les Gevrey-Chambertin 2016 sont-ils trop boisés ?

publié le 23 novembre 2017

Les Gevrey-Chambertin 2016 sont-ils trop boisés ?

 

Tout le monde connait bien sûr le rôle d’un climatiseur : rafraîchir la température dans une voiture, une maison, un magasin quand il fait très chaud à  l’extérieur. Un climatiseur, cela peut également être une personne qui va calmer les ardeurs d’une foule un peu trop enthousiaste.

 

Et bien Olivier Poussier, Meilleur Sommelier du Monde en 2000, a joué ce rôle le 16 novembre dernier, lors de la dégustation des vins du millésime 2016 organisée par les vignerons de Gevrey-Chambertin, en Côte de Nuits.

Invité à donner son avis sur le millésime, Olivier Poussier a expliqué avec beaucoup de courage et de franchise qu’il avait dégusté beaucoup de beaux, voire de très beaux vins, mais également une part non négligeable de cuvées marquées par des boisés excessifs et “inadaptés au millésime”. Tout le monde a regardé au choix ses pieds, le plafond ou son voisin et la soirée (sponsorisée par les tonneliers, avouez que cela ne s’invente pas…) à repris son cours.

 

Mais revenons un instant sur cette histoire de boisés “excessifs”.

Lors de notre dégustation des Gevrey 2016 organisée au printemps dernier et dont les résultats ont été publiés dans le numéro 136 “spécial millésime 2016”, le problème ne nous était pas apparu évident. Mais les vins n’étaient pas toujours les mêmes et c’était au printemps dernier…

En ce qui concerne les appellations villages, un peu moins peut-être pour les premiers crus et grands crus plus structurés, dégustés le 16 novembre dernier, ce problème de boisé et nous ajouterons de “boisés verts” était en effet assez évident.

2016 est en pinot noir un millésime au potentiel très intéressant, mais il fallait aller le chercher et il s’avère donc également très hétérogène. Le gel a touché certains secteurs, d’autres beaucoup moins et certains pas du tout. Les rendements étaient très variables et la vendange a globalement commencé tard ; il fallait même souvent attendre la première semaine d’octobre (y compris en premiers et grands crus) pour récolter des raisins mûrs. Dans les secteurs plus tardifs, plus froids, aux récoltes abondantes, les maturités ont été très “limites” et à tous les niveaux d’appellations, ces vins de demi-corps se marient mal avec des boisés importants. Ajoutons que la quasi-totalité des vins dégustés à Gevrey-Chambertin jeudi dernier (un peu plus d’une centaine) étaient encore en cours d’élevage ; en fût de chêne tout le monde sait qu’un vin peut passer d’une semaine à l’autre par des stades très différents, avec notamment des expressions boisées plus ou moins marquées.

Mais pour conclure sur le millésime 2016 à Gevrey-Chambertin, l’amateur pourra à l’évidence y trouver beaucoup de grandes bouteilles dans un style intermédiaire entre 2014 et 2015. Dans les meilleurs cuvées, 2016 a la précision de 2014, mais avec plus de densité et de chair et le côté “pulpeux” de 2015, avec moins de corps et des arômes moins “solaires”.

C’est potentiellement un excellent millésime classique, riche et harmonieux.

Retrouvez ci-dessous nos coups de cœur de la soirée (notes supérieures ou égales à 16 sur 20).

Christophe Tupinier

 

 

Au top
Domaine Tawse (Nuits-Saint-Georges)

Mazis-Chambertin grand cru – 17,5Le domaine est la révélation de cette dégustation. Moray Tawse, homme
d’affaires canadien passionné par la Bourgogne, associé à Pascal Marchand, a racheté le domaine Maume en 2012 et il a confié les clefs de
la cuverie à un britannique, Mark Fincham, qui effectue un travail d’une grande précision. Vinifié avec une part de vendange entière, ce mazis-chambertin est remarquable : profond, tendre, suave, long en bouche et d’un grand raffinement. Gevrey premier cru Champeaux – 17,5Vendangé
dans la première semaine d’octobre, ce Champeaux présente un fruité brillant, gourmand et précis, le tout avec beaucoup de densité, de
chair. Gevrey village – 16Robe grenat, brillante. Arômes fruités, floraux. Bouche charnue, pleine de fruit, suave, tendre et bien équilibrée.

 

Domaine Berthaut-Gerbet (Fixin)
Gevrey premier cru Les Cazetiers – 16,5 sur 20Robe intense, brillante. Arômes précis de fruits noirs et d’épices. Le vin est pur, droit, juteux et élégant.

Gevrey village – 17 sur 20
Amélie Berthaut propose un magnifique village aux arômes de fruits noirs frais. Bouche juteuse, riche, longue et harmonieuse.

 

René Bouvier (Gevrey-Chambertin)
Charmes-Chambertin grand cru – 17 sur 20
Superbe grand cru aux arômes de cerises noires, à la bouche veloutée, intense et élégante.
Gevrey village Racines du temps – 16 sur 20
Robe intense et brillante. Nez frais, net, pur. Bouche pleine, riche, fraîche et bien équilibrée.

 

Domaine Charlopin (Gevrey-Chambertin)
Charmes-Chambertin grand cru – 16 sur 20
Voilà un vin bien typé Charmes : riche, suave, intense, à la fois gourmand et précis.
Gevrey village vieilles vignes – 16,5Fruité pur et frais, sur des notes de mûres et de myrtilles. Beaucoup de richesse et d’éclat en bouche.

 

Domaine Bruno Clair (Marsannay la Côte)

Gevrey premier cru Les Cazetiers – 16,5Vigneron incontournable en Côte de Nuits, Bruno Clair présente un Cazetiers riche, long en bouche et racé.
Pierre Damoy (Gevrey-Chambertin)
Chambertin Clos de Bèze grand cru – 16 sur 20Robe intense, brillante. Arômes riches et précis. Bouche dense, suave, longue, élégante.
Gevrey village Clos Tamisot – 17 sur 20
Arômes fruités, épicés… Jus superbe, riche, charnu et fin.

 

Domaine Drouhin-Laroze (Gevrey-Chambertin)

Gevrey premier cru Les Cazetiers – 16Robe intense et brillante. Arômes précis de fruits noirs, avec des notes florales. Bouche concentrée, pure, longue et harmonieuse.
Pierre Duroché (Gevrey-Chambertin)
Gevrey premier cru Lavaut Saint-Jacques – 16 sur 20
Robe intense. Un vin concentré, dense, encore un peu ferme, mais au potentiel évident.

 

Sylvie Esmonin (Gevrey-Chambertin)
Gevrey premier cru Clos Saint-Jacques – 18 sur 20
Arômes complexes de fruits noirs, de fleurs, avec une note grillée. Jus superbe : plein, dense, long et raffiné.
Gevrey village vieilles vignes – 18,5 sur 20
Le plus beau village de la série : riche, pulpeux, long en bouche, ferme et raffiné.

 

Domaine Harmand-Geoffroy (Gevrey-Chambertin)
Mazis-Chambertin grand cru – 17,5 sur 20Le domaine est bien installé dans le peloton de tête des vignerons de Gevrey et son mazis-chambertin est une référence. Robe intense. Arômes de fruits noirs bien mûrs. Bouche juteuse, riche, équilibrée. Superbe potentiel !
Gevrey premier cru Lavaut Saint-Jacques – 17 sur 20
Robe intense, vive. Arômes frais de fruits noirs bien mûrs. Bouche suave, riche, charnue et bien équilibrée.

 

Domaine Humbert (Gevrey-Chambertin)
Charmes-Chambertin grand cru – 16,5 sur 20Robe intense. Nez sur la cerise noire, les épices… Bouche enrobée, suave et bien équilibrée.
Gevrey premier cru Poissenot – 16,5 sur 20
Arômes de fruits noirs, enrobés par un beau boisé-vanillé. Bouche veloutée, charnue, tendre et précise.

 

Domaine Philippe Livéra (Gevrey-Chambertin)
Chapelle-Chambertin grand cru – 17 sur 20
Robe “noire”. Un signe de concentration que l’on retrouve dans un nez de cerises noires bien mûres et une bouche dense, équilibrée, encore serrée, mais quel potentiel !

 

Domaine Denis Mortet (Gevrey-Chambertin)
Gevrey premier cru Champeaux – 16,5 sur 20
Arômes de fruits noirs, à la fois froids et solaires, ce qui reflète bien le profil de ce superbe terroir des Champeaux. Bouche intense, charnue, juteuse, tendue et gourmande à la fois.
Gevrey premier cru Lavaux Saint-Jacques – 16
Nez expressif de cerises noires, de myrtilles… Bouche riche, veloutée et bien équilibrée.

 

Domaine Sérafin (Gevrey-Chambertin)
Gevrey premier cru Le Fonteny – 17,5
Ce domaine discret produit depuis longtemps de grands Gevrey de garde. Illustration avec ce premier cru profond, riche, tendre, long et raffiné.

 

Domaine Cécile Tremblay (Morey-Saint-Denis)
Chapelle-Chambertin grand cru – 16,5
Robe intense. Nez riche et fin de fruits, de fleurs et d’épices. Bouche suave, dense et raffinée.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

La 161e vente des vins des Hospices de Beaune a battu tous les record notamment avec la

Toujours plus aux Hospices de Beaune !

Qui a dit que les arbres ne montaient pas au ciel ? Aux Hospices de Beaune, si ! Le prix moyen de la cuvée a augmenté cette année de 85% par rapport à 2020 et la pièce de Charité a atteint un nouveau record à 800 000 euros. Stop ou encore ?

23 novembre 2021

J-5 pour la vente des vins des Hospices de Beaune !

La 161ème vente des vins des Hospices de Beaune aura lieu ce dimanche. Ludivine Griveau fait le point sur une ambiance festive retrouvée et sur le millésime 2021.

16 novembre 2021

Les Beaujolais Nouveaux 2021 arrivent !

Les Beaujolais Nouveaux 2021 arrivent dans quelques jours, tout en finesse et en fruit.

12 novembre 2021

Nos derniers magazines