Accueil Actualités Venez faire une (vraie) dégustation à la Saint-Vincent Tournante !

publié le 14 mars 2022

Venez faire une (vraie) dégustation à la Saint-Vincent Tournante !

Les huit cuvées qui seront proposées aux visiteurs les 19 et 20 mars 2022.

 

 

Sans citer personne en particulier, ni vouloir être trop sévère, disons que les cuvées de la Saint-Vincent Tournante ne sont pas toutes et pas toujours restées dans les annales. Cela a donc été pour nous une grande surprise de participer, le 18 novembre dernier, à la dégustation professionnelle des huit cuvées qui seront proposées aux visiteurs dans les caveaux dans quelques jours, les 19 et 20 mars 2022. Après remise d’un dossier de presse, technique, les trois vinificateurs -Jean-Charles Fagot, Laurent Martelet (Domaine Comtesse de Cherizey) et Pierre Vincent (Domaine Leflaive)- ont fait part de l’expérience très particulière qu’ils ont vécu, de réaliser des cuvées à partir de dons de volumes (de 10 litres pour le plus petit à 800 pour le plus important), de natures (raisins, moûts, vins finis) élaborés par 63 vignerons et négociants et, cerise sur le gâteau, étalés dans le temps. Il leur a fallu « jongler », mettre en place une intendance particulière (cuves notamment) pour réceptionner et traiter ces dons, avec un sens aigu des responsabilités face à un événement aussi important que la Saint-Vincent Tournante, et le résultat est franchement spectaculaire. Il nous semble même que si ces huit cuvées avaient été présentées à l’aveugle dans les dégustations de Bourgogne Aujourd’hui, toutes auraient été sélectionnées, entre 14,5 et 16 sur 20 voire plus pour les puligny-montrachet 2017. Vous dégusterez donc vraiment d’excellentes bouteilles à la SVT de Puligny-Montrachet, Blagny et Corpeau !

Retrouvez ci-dessous les fiches techniques et commentaires de dégustation de ces 8 cuvées.

 

Bourgogne Côte-d’Or rouge 2018

C’est le seul vin rouge des huit cuvées de la SVT 2022. Belle robe rubis, intense et brillante. L’objectif était d’avoir un vin sur le fruit et c’est très réussi, avec des arômes de fruits rouges, d’épices, un boisé fin. Bouche croquante, avec une belle tenue, le fruit, encore le fruit, frais et gourmand.

Vinification

Jean-Charles Fagot a été aux commandes des deux cuvées de bourgogne. Le rouge a été vinifié à partir de raisins vendangés en caisses et égrappés à 100 %. Le vin a été élevé en fûts : un tiers fûts neufs, un tiers fûts d’un et deux vins, un tiers fûts de trois et quatre vins, et mis en bouteilles en novembre 2019.

Production : 2 980 bouteilles et 300 magnums.

 

Bourgogne Côte-d’Or blanc 2018

Robe or-vert. Nez fin, avec des notes de fruits blancs bien mûrs, un boisé-vanillé bien intégré, charmeur. Comme en rouge, c’est un vin sur le fruit, avec des saveurs gourmandes de poire, de pêche et la fraîcheur en finale.

Vinification

Pour le bourgogne blanc, Jean-Charles Fagot a reçu des dons de raisins et de moûts. La cuvée a intégralement été élevée en fûts (même proportion que pour le rouge) et mise en bouteilles en novembre 2019.

Production : 2 633 bouteilles et 300 magnums.

 

Puligny-Montrachet premier cru 2018

Arômes fins, précis, de fleurs, de fruits blancs, d’épices, avec une touche minérale-crayeuse. Bouche tout en finesse, aérienne, gourmande, stylée, d’une belle longueur et très harmonieuse.

Vinification

Cette petite cuvée est issue de huit premiers crus qui balisent bien l’appellation du nord au sud et de haut en bas du coteau : Les Perrières, Combettes, Les Referts, Les Truffières, Les Chalumaux, Champs Gain, Clavaillon et Caillerets. Elle a été vinifiée puis élevée par Laurent Martelet à partir de onze dons de moûts, à 65 % en cuves inox, 35 % seulement en fûts et sans le moindre bois neuf ; mise en bouteilles en mai 2020.

Production : 1 827 bouteilles.

 

Puligny-Montrachet 2018

Robe d’un doré léger, brillant. On retrouve un peu comme pour le bourgogne blanc, des arômes doux, élégants, de fleurs blanches, avec une touche de citron confit. Voilà un puligny bien typé, avec la rondeur gourmande amenée par le millésime, mais aussi l’équilibre, la pureté et beaucoup d’élégance.

Vinification

Pierre Vincent a essentiellement (85 %) reçu des moûts en provenance de trente-trois donateurs différents et de parcelles réparties sur toute l’aire d’appellation. Preuve de la difficulté de l’exercice, la réception des dons s’est étalée sur deux semaines, ce qui a obligé Pierre Vincent à mettre en place trois lots de vinification. La cuvée a fermenté puis a été élevée en fûts de chêne (15 % de neufs) pendant un an, avant de passer huit mois en cuves pour finalement être mise en bouteilles en mai 2020..

Production : 4 027 bouteilles et 600 magnums.

 

Puligny-Montrachet 2017

Voilà une superbe cuvée, avec davantage de fond, de complexité, que le puligny 2018. Robe dorée, brillante. Arômes riches, frais, sur les agrumes confits, les fruits jaunes, une note de boulangerie, les épices. Le vin est frais, avec un fruité charnu, mûr, une belle longueur et une finale saline, élégante.

Vinification

La cuvée a été élevée par Pierre Vincent à partir cette fois de quatorze dons en vins finis. Au fur et à mesure de leur réception, les vins ont été assemblés puis ils ont terminé leur élevage en cuves pour une mise en bouteilles en janvier 2019.

Production : 2 312 bouteilles.

 

 

Vins mystères

Trois cuvées « mystères » ont été produites et en raison des volumes restreints, chacune ne sera proposée que dans un nombre limité de caveaux.

 

Puligny-Montrachet premier cru Les Folatières 2018

Le vin est logiquement un peu plus marqué par des notes boisées, mais de qualité, et le potentiel est là pour le supporter. La classe du terroir s’exprime au nez comme en bouche, avec des notes pures, fines, d’agrumes, de frangipane, de fleurs blanches et une touche minérale-cailloux. Bouche tout en finesse, racée, avec un grain gourmand, délicat et une belle harmonie.

Vinification

Laurent Martelet a vinifié puis élevée cette cuvée dans deux fûts neufs (70 %) et un fût de trois vins à partir de trois dons réalisés en moûts ; mise en bouteilles en mai 2020.

Production : 886 bouteilles et 80 magnums.

 

Puligny-Montrachet premier cru Terroirs de Blagny 2018

Nez très frais, marqué par l’origine des dons, avec une dominante sur les agrumes (citron, pamplemousse) et une discrète note boisée-grillée. Le vin est juteux, ciselé, enrobé par la gourmandise fruitée de 2018 tout en conservant une ligne minérale droite et précise.

Vinification

Issue de trois premiers crus « d’altitude » (Chalumaux, Hameau de Blagny et Sous Le Puits) et des dons en moûts de onze domaines, cette cuvée a été vinifiée puis élevée en fûts d’un vin par Laurent Martelet ; mise en bouteilles en mai 2020.

Production : 781 bouteilles et 80 magnums.

 

Puligny-Montrachet premier cru 2017

Robe dorée, brillante. Nez délicat, complexe, parfumé de notes de fruits jaunes, d’agrumes, de fleurs, d’épices… En bouche, l’image que l’on a d’un puligny-montrachet premier cru s’exprime parfaitement avec un vin long, distingué, aérien, salin, le tout avec un joli fruité charnu, gourmand et frais.

Vinification

Sept domaines ont donné des vins finis pour composer cette cuvée issue de quatre premiers crus du côté nord de l’appellation : Folatières, Perrières, Chalumaux et le Clos de la Mouchère. Comme pour la cuvée villages 2017, Pierre Vincent a assemblé les vins au fur et à mesure de leur arrivée et l’élevage s’est poursuivi en cuves avec mise en bouteilles en janvier 2019.

Production : 752 bouteilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines