Accueil Actualités USA, une taxe… Acte 2 !

publié le 12 décembre 2019

USA, une taxe… Acte 2 !

 

Le numéro 150 de Bourgogne Aujourd’hui est en vente en ligne avec son supplément Crémants de France. Au sommaire : les Bourguignon(ne)s de l’année, la Colline des Cortons, Chablis ou encore un nouveau “match” Crémants vs Champagnes riches d’enseignements…

Si des vignerons et négociants bourguignons risquent de souffrir de la taxation des vins aux USA (article ci-joint), il en est de même outre-Atlantique, avec des “cavistes” qui n’annoncent rien de bon pour les semaines et les mois à venir. Réactions…
Pour Daniel Posner,
propriétaire d’une “wine shop” (Grapes The Wine Company) importante dans
l’Etat de New-York et président de la National Association of Wine Retailers
: “Dès janvier 2020, les consommateurs vont constater des hausses de
prix, au fur et à mesure que les vins importés sans taxe avant le 18
octobre seront remplacés par des vins importés avec taxe après cette
date. Personne ne peut encore mesurer l’ampleur des dégâts, mais ils
seront bien réels et les grands perdants seront les consommateurs
américains”. Pram Acharya, caviste (Esperance Wine) et
restaurateur à Charlevoix, dans l’Etat du Michigan importe tous les ans
entre 3 000 et 4 000 bouteilles de vins de Bourgogne. Son discours va
dans le même sens : “Pour les vins arrivés après le 18 octobre, nous
allons devoir augmenter les prix pour ne pas voir nos marges couler. Il
faut aussi noter que certains vins du millésime 2018 ont plus de 14
degrés d’alcool et seront exemptés de taxes. Ceci étant, si cette
taxation perdure, nous allons devoir importer moins de vins car nous
savons déjà qu’il ne sera pas possible d’encaisser à la fois la baisse
des ventes et des marges. Pour compliquer les choses, les vins de
Côte-d’Or sont déjà chers et ils ne concernent qu’un nombre limité de
consommateurs. Je suis à peu près sûr que les ventes vont commencer de
baisser dès que nous ajusterons les prix à la hausse”.Pour
Charles Antin, de la célèbre maison Zachys : “Je ne pense pas ces taxes
auront des conséquences pour le haut de gamme de la Bourgogne ; ces vins
là sont trop chers et trop précieux. En revanche, pour le Côtes du
Rhône qui était à 10$ et passera à 15$, les gens risquent de se tourner
vers d’autres vins”. Le risque est le même pour les AOC régionales de
Bourgogne…Le mot de la fin ira à Geri Tashjian, de la
Burgundy Wine Company, à New-York. “Il va falloir augmenter les prix en
2020, ce qui va nous imposer d’être plus sélectifs dans nos achats ; nous choisirons en priorité des vins dont les prix sembleront encore raisonnables
pour nos clients, ou des vins incontournables par le prestige de l’AOC ou du
producteur et que les collectionneurs achètent quel que soit le
prix. Des vins de milieu de gamme, comme les villages d’appellations
importantes pourraient être à l’avenir moins représentés dans notre offre.
Beaucoup de nos clients sont inquiets, mais il
semblerait que tout le monde ne soit pas encore parfaitement conscient
de la situation. J’importe rarement les vins moi même ; je passe par des
importateurs et cela commence d’être compliqué. Sans rentrer dans les
détails, je pense qu’un certain nombre
d’importateurs retardent ou annulent leurs commandes en raison des taxes
; ils
craignent que les vins ne se vendent pas. Quant à la question du partage
des 25% entre les différents intervenants de la filière, cela se
fera au coup par coup ; il n’y pas de consigne nationale sur ce point
pour le moment. Il est évident que ces taxes vont poser des problèmes à
des détaillants comme nous dont l’activité est focalisée sur la
Bourgogne. Pour les autres, ils auront toujours la possibilité de se
rabattre sur des vins non taxés et c’est sans doute ce qu’ils feront.
J’essaie d’être optimiste, mais je crains qu’il ne faille se battre avec
tout cela pendant un bon moment”. Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Corton et Corton Charlemagne défient le temps !

Comme chaque vendredi précédent la vente des vins des Hospices de Beaune, la maison Bouchard Père et Fils a une fois de plus mis les petits plats dans les grands ; au "menu" : un formidable déjeuner-dégustation autour de vieux Corton et Corton-Charlemagne grands crus... jusqu'en 1934 !

28 novembre 2022

Gevrey-Chambertin, des hauts et des bas en 2021 !

"Roi Chambertin" nous a récemment offert l'opportunité de déguster une centaine de vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2021, avec des hauts et des bas...

24 novembre 2022

Flavie Flament et Benoit Magimel ont fait flamber les enchères de la pièce de charité.

Nouvelle pluie de records aux Hospices de Beaune !

Produits global, prix moyen de la pièce, pièce de charité... Une nouvelle pluie de records s'est abattue hier sur la vente des vins des Hospices de Beaune.

21 novembre 2022

Nos derniers magazines