publié le 07 août 2020

A boire !

 

80% environ de déficit de pluviométrie en juillet par rapport à la normale… Les près, pelouses et contours de vignes se sont transformés, en Bourgogne et dans le Beaujolais, en paillassons d’un beau jaune doré ces dernières semaines sous l’effet conjugué de la chaleur et de la sécheresse. Dans ces conditions, le constat aujourd’hui est celui d’un vignoble qui manque globalement d’eau, ce qui peu paraître paradoxal dans des régions aussi septentrionales, mais devient une habitude depuis quelques années.En Bourgogne, les dernières pluies de juin sont bien loin et en dehors de quelques orages tombées récemment au sud de la région, sur le Mâconnais et à Nuits-Saint-Georges, en Côte de Nuits, le manque d’eau est criant. Christine Monamy “responsable agro-météo et des observatoires” de l’interprofession (BIVB) anime un réseau de 40 parcelles de référence sur toute la région et les prélèvements effectués hier, jeudi 6 août, ont mis en évidence une progression régulière, mais lente de la véraison (en pinot noir le raisin passe du vert au bleu) et 4 parcelles seulement avait atteint le 100% de véraison. Des phénomènes de blocage, de jaunissement des feuilles commencent d’être observés dans les terroirs très drainants, aux sols peu profonds, même si c’est loin d’être une généralité. Il semble également que la conduite du vignoble dans une optique de protéger les raisins (pas d’effeuillage, rognages hauts…) du soleil et d’éviter l’évaporation de l’eau dans les sols (labours modérés) pourraient faire la différence au final. Dans ces conditions, les vendanges pourraient-elles être un peu retardées en Bourgogne ? “J’attends de voir les conséquences du nouveau pic de canicule qui s’annonce, mais les 10 prochains jours vont être déterminants. Il est clair que 20 millimètres de pluie et une baisse des températures feraient du bien”, estime C. Monamy.Dans le Beaujolais, Florence Hertaut, conseillère viti-oeno à la chambre d’agriculture du Rhône et animatrice du réseau maturité a reçu hier les résultats de prélèvements effectués dans 106 parcelles, 24 sont déjà vérées à 100% et beaucoup d’autres à plus de 90% ; la moyenne de véraison est de 81% sur les 106 parcelles. Côté degrés, les 4 parcelles les plus précoces affichent déjà 11 degrés avec même un relevé à plus de… 13 dans une vigne de brouilly ; la moyenne sur le réseau est de 9,4 degrés. “Il y a une récolte potentiellement assez faible, des petits raisins, avec beaucoup de millerandage. La vigne a peu de bouches à nourrir, elle profite encore dans beaucoup de secteurs des pluies de début juin ; dans ces conditions, la maturité progresse plutôt bien et dans les secteurs précoces, les vendanges vont probablement débuter vers le 20 août, voire avant. Les raisins sont magnifiques, très sains, cela peut faire à nouveau un excellent millésime, mais un peu d’eau ferait quand même du bien”.Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Beaune premier cru Les Grèves, Vigne de l'Enfant Jésus.

La Vigne de l’Enfant Jésus dans l’histoire de France

Hier, 30 septembre 2022, la famille Pinault a pris le contrôle de la maison beaunoise Bouchard Père et Fils et (notamment...) de son Beaune premier cru Les Grèves Vigne de l'Enfant Jésus ; un cru qui nous ramène à l'époque de la naissance de Louis XIV.

01 octobre 2022

Montrachet 1995 de la maison Bouchard Père et Fils.

François Pinault prend le contrôle de Bouchard Père et Fils

La famille Pinault prend le contrôle de la maison Beaunoise Bouchard Père et Fils, l'un des "joyaux de la couronne" bourguignonne.

30 septembre 2022

Thomas Seiter sera le nouveau Président de la maison Beaunoise Louis Jadot, en novembre prochain.

Une nouvelle direction chez Louis Jadot

La Maison beaunoise Louis Jadot annonce l’arrivée de Thomas Seiter au poste de Président et la nomination de Thibault Gagey au poste de Directeur Général.

30 septembre 2022

Nos derniers magazines