Accueil Actualités Notre maison brûle et les vignerons ne regardent pas ailleurs !

publié le 14 septembre 2022

Notre maison brûle et les vignerons ne regardent pas ailleurs !

 

 

“Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”, avait déclaré le président Jacques Chirac en 2002, lors du IV e sommet de la Terre, dans un discours resté célèbre. Et la viticulture, Bourguignonne notamment, est en première ligne, exposée comme toute activité agricole à une météo de plus en plus chaude et de plus en plus déréglée dans ses extrêmes de chaleur, de froid, comme la vague de gel d’avril 2021, de pluviométrie ou de sécheresse. Et sur ce point, 2022 va probablement rentrer dans le livre des records, au moins pour un temps, en attendant la suite des événements.

Toujours est-il que beaucoup de vignerons ne regardent pas “ailleurs” et réfléchissent aux façons de s’adapter pour continuer de produire des vins de terroir, tout en donnant aux vignes les moyens de survivre dans un environnement climatique qui change brutalement et rapidement. 

Les pistes de réflexion, d’expérimentation, sont multiples ; parmi elles, il faut citer ces vignes à palissage haut, avec tressage des rameaux, dont l’ombre portée protège les raisins des brûlures du soleil et les sols d’une trop grande évaporation de l’eau.

Au domaine Arlaud, à Morey-Saint-Denis, quelques parcelles de vignes sont déjà cultivées de cette façon et Cyprien Arlaud, vigneron engagé depuis déjà de longues années dans la viticulture biologique et biodynamique fait le point sur la technique, ses avantages et ses limites.

 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Photo Michel Joly.

Le “mois des climats” est de retour

Le "mois des climats" débute le 1er juin prochain avec plus de 70 manifestations au programme.

29 mai 2024

Hommage à Bernard Pivot, amoureux des livres et des vins !

Hommage à Bernard Pivot, homme de culture, amoureux des vins, grand défenseur du dossier de l'inscription des climats de Bourgogne au patrimoine de l'humanité.

07 mai 2024

Supercellule orageuse sur l'Yonne le 1er mai en fin de journée.

Après les inondations et le gel, la grêle dévaste le vignoble de Chablis

Le printemps est "pourri" partout en Bourgogne et particulièrement à Chablis ; après les inondations et le gel, la grêle a frappé hier une grande partie du vignoble.

02 mai 2024

Nos derniers magazines