Accueil Actualités Santenay-Maranges 2017 : savoir raison garder !

publié le 09 avril 2020

Santenay-Maranges 2017 : savoir raison garder !

 

Nous l’avons écrit à de nombreuses
reprises dans nos pages, le pinot noir, largement majoritaire sur les terroirs
de Santenay et des Maranges, est un cépage exigeant, qui ne pardonne pas quand
on lui impose des rendements déraisonnables. Et c’est précisément cette
question qui a été le point clé de l’année 2017.

Ici, les vignes de rouge avaient peu gelé
en 2016 alors elles n’ont pas vraiment compensé en 2017 sur l’ensemble de ces
deux appellations. On a fait du vin, mais pas trop chez les producteurs sérieux
et responsables, et certains ont même un peu moins produit en 2017 qu’en 2016.

« Dans nos Maranges-villages, on a
fait moins de vins qu’en
2016 », abonde Pablo Chevrot, vigneron à Cheilly-lès-Maranges. « Après ce gel localisé, des orages
importants ont eu lieu dans une période où le raisin n’avait plus beaucoup
d’élasticité et où les baies ont éclaté. Heureusement, il a fait beau en fin de
campagne et cela ne s’est pas transformé en pourriture.

Nous avons malgré tout été
particulièrement attentifs au tri en cuverie et les fermentations ainsi que les
élevages ont été complexes. Les flores indigènes demandaient beaucoup d’attentions. Il a fallu plus
soutirer les vins, jusqu’à trois fois pour certaines cuvées ; une première
dans ma carrière ».

Pour Lénaïc et Samuel Legros aussi,
installés à Santenay, les vinifications n’auront pas été de tout repos.
« On n’avait jamais réalisé
des macérations aussi longues, plus d’un mois pour certaines cuvées, alors
qu’habituellement on est plutôt autour de trois semaines. L’extraction s’est
faite difficilement. Avant cela,
l’année avait été relativement sereine, avec une pression mildiou raisonnable
que nous sommes parvenus à contrôler. L’état sanitaire des raisins était bon,
mais le tri était essentiel ».Il vous reste la moitié de l’article, ainsi que le large (120 bouteilles avec de bonnes affaires entre 20 et 25 € la bouteille TTC départ-cave) guide d’achat des Maranges et Santenay 2017 à lire dans le numéro 153 de Bourgogne Aujourd’hui qui vient d’être mis en ligne. Rappelons que toute commande numérique (au numéro ou par abonnement) donne accès immédiatement au numéro (le 153 donc) en cours. Les commandes de magazines papier seront expédiées à partir du 17-18 avril.

Repères

(Source BIVB)
Santenay

328 hectares (48 en blanc), dont 123 classés en premiers crus (13 en blanc).

11 premiers crus.
Maranges

171 hectares (8 en blanc), dont 84 classés en premiers crus (2 en blanc).

7 premiers crus.

Particularité : Bien que l’aire de
production des Maranges soit située dans le département de Saône-et-Loire, l’appellation est
rattachée à la Côte de Beaune, en Côte-d’Or.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

L'élevage en fût de chêne va permettre aux 2021 de se nourrir et de s'affiner sur leurs lies.

Le n°166, spécial millésime 2021, de Bourgogne Aujourd’hui est en ligne !

Le numéro 166 de Bourgogne Aujourd'hui est en ligne. Au sommaire : le "classique" millésime 2021, 30 années de révolution œnologique en Bourgogne et les secondes tables des restaurants étoilés.

05 août 2022

Thibault Clerget (à droite) et Arnaud Baillot.

Y. Clerget et A. Baillot reprennent le domaine Rossignol-Changarnier

Les domaines Yvon Clerget et Arnaud Baillot viennent d’annoncer la reprise des 7 hectares de vignes du domaine Rossignol-Changarnier, à Volnay.

03 août 2022

Georges Pertuiset, ancien meilleur sommelier de France et président de l'Union de la Sommellerie Française.

Au revoir Georges et merci !

Georges Pertuiset, un grand nom de la sommellerie française s'en est allé.

02 août 2022

Nos derniers magazines