Accueil Actualités Vendanges 2022 : aux Hospices de Beaune, il est urgent d’attendre !

publié le 26 août 2022

Vendanges 2022 : aux Hospices de Beaune, il est urgent d’attendre !

13,4° naturels pour la cuvée de Pouilly-Fuissé Françoise Poisard. Un bon niveau de maturité, sans excès, dans une année aussi chaude.

 

 

La première cuvée de la récolte 2022 des Hospices de Beaune a été vendangée hier jeudi 25 août ; c’est comme chaque année le Pouilly-Fuissé cuvée Françoise Poisard, récolté à 13,4 degrés naturels, un bon niveau de maturité, sans excès pour une année aussi chaude. Après une nuit passée dans un container frigorifique (il faisait très chaud hier, plus de 30 degrés à l’ombre…), les raisins de chardonnay ont été pressés aujourd’hui.

A partir de maintenant, Ludivine Griveau, la régisseuse des 60 hectares du domaine des Hospices de Beaune, a bien l’intention de ne pas se précipiter. “Pourquoi le ferais-je ? Il fait beau, sec, les raisins sont très sains, les vignes sont actives et elles continuent même de pousser un peu ce qui ralenti d’autant la maturation des raisins. En année normale, nous vendangeons chaque jour sur 7 secteurs en même temps. En 2022, il n’y aura que 5 équipes dans les vignes au quotidien. Nous nous adapterons en fonction de l’évolution de la météo, mais l’idée est de prendre notre temps pour aller cueillir chaque parcelle au bon moment. Les vendanges qui durent 10 à 12 jours d’habitude aux Hospices de Beaune devraient prendre 2 ou 3 jours de plus cette année.”

 

Sécheresse marquée à Beaune

 

Après un week-end de pause, la récolte va reprendre dès lundi prochain dans les blancs de Meursault (Charmes, Poruzots, Genevrières) ; “ils titrent 13 degrés aujourd’hui et ils seront bons à prendre”, assurent Ludivine. Dans la foulée, dès mardi prochain, le 30 août, seront récoltés les premiers raisins rouges de pinot noir et logiquement sur le village précoce de Volnay, avec les 4 cuvées : Jéhan de Massol (Santenots), Gauvain (Santenots), Blondeau et Général Muteau. “Ensuite, je coupe généralement des Beaune, puis des Corton grand cru. Cette année, le phénomène de sécheresse est plus marqué à Beaune, que dans les Corton, où il est tombé un peu plus d’eau ; en 2022, les Beaune sont un peu en retard et les Corton en avance et nous allons vendanger en même temps dans les deux secteurs”, explique Ludivine, démontrant par la même l’importance que vont continuer d’avoir les prélèvements pour définir la date optimale de vendange de chaque parcelle.

Quant à la Côte de Nuits, il reste encore du chemin à faire (la région a manifestement pris un peu de retard à la floraison et le décalage persiste aujourd’hui) et Ludivine Griveau ne prévoit pas d’aller couper ses grands crus Mazis-Chambertin, Clos de la Roche et Echezeaux avant le 8 septembre. Nous aurons l’occasion d’en reparler et ce dès la fin de semaine prochaine…

 

Christophe Tupinier

 

 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Le moulin emblème du cru Moulin-à-Vent.

Le Beaujolais et le sud du Mâconnais au régime sec !

Tous les vignobles ont souffert de la chaleur et de la sécheresse en 2022 et manifestement, le Beaujolais et le sud du Mâconnais un peu plus que les autres.

16 septembre 2022

Cyprien Arlaud, vigneron en Côte de Nuits.

Notre maison brûle et les vignerons ne regardent pas ailleurs !

Notre maison brûle, c'est une évidence ! Au domaine Arlaud, à Morey-Saint-Denis (21), Cyprien Arlaud expérimente depuis quelques années déjà les vignes hautes tressées, pour tenter de protéger les raisins et les vignes des excès du soleil.

14 septembre 2022

Ludivine Griveau, la régisseuse du domaine des Hospices de Beaune dans la cave des blancs.

Hospices de Beaune : “il est hors de question de chaptaliser !”

Les vendanges se terminent aux Hospices de Beaune où Ludivine Griveau a fait passer une consigne claire : "Je veux des raisins mûrs ; il est hors de question de chaptaliser !"

12 septembre 2022

Nos derniers magazines