Accueil Actualités Vendanges 2021, tous les espoirs sont encore permis !

publié le 07 septembre 2021

Vendanges 2021, tous les espoirs sont encore permis !

Petites grappes de chardonnay en Puligny-Montrachet premier cru Les Folatières, le 6 septembre.

 

 

 

Si nous attendions un peu pour vous parler des prochaines vendanges c’est parce que les informations arrivant des différentes régions viticoles étaient encore floues il y a seulement quelques jours.

En Bourgogne, ce sont les derniers jours, les dernières semaines qui comptent vraiment pour déterminer la qualité finale d’un millésime et cela sera encore vrai cette année.

Il nous semble également important de ne pas enterrer le millésime 2021 avant l’heure sous prétexte que le début d’été à été bien maussade et parce qu’il succède aux deux “bombes” que sont 2020 et 2019. Le temps est redevenu bien plus sec depuis le début du mois d’août, la végétation a séché et les raisins sont sains ; les vignes ne sont pas aussi belles que ces dernières années, mais les vignerons bourguignons ont des moyens, du matériel, des hommes et ils ont fait le “job” dans les vignes. Tous les espoirs sont donc encore permis d’avoir un beau millésime 2021. Il fallait le dire.

 

Trois-quarts de perte de récolte en chardonnay ?

 

Tout le monde connait le contexte global du millésime plombé dès le coup d’envoi par 3 nuits consécutives de gel, début avril qui ont probablement (nous verrons bien les chiffres définitifs) détruit les deux tiers, voire les trois-quarts de la récolte de chardonnay ; un cépage qui représente quand même à lui seul près de 60% de l’encépagement en Bourgogne et aucune région, de Chablis au Mâconnais, n’a été épargnée par le gel ; la grêle finissant même le “travail” sur une partie du vignoble de Pouilly-Fuissé qui avait été moins touchée par le gel.

Une longue visite hier soir et ce matin dans les vignes de Meursault, Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet, en Côte de Beaune, Mercurey et Rully, en Côte Chalonnaise nous a permis de réaliser à quel point il fallait chercher les raisins blancs dans un vignoble qui semble fonctionner au ralenti. Trois rencontres dans des domaines en fin de semaine dernière nous ont permis de faire le même constat pour le Mâconnais où l’on anticipe les 70-80% de perte en chardonnay. Quant au Chablisien, il n’est guère prévu de commencer à vendanger avant le 20 septembre.

“Le chardonnay a le plus souffert du gel, mais cela n’a pas seulement brûlé des bourgeons. La plante a sans doute été atteinte en profondeur, dans sa physiologie et malgré la récolte très faible, les rares grappes ont du mal à mûrir”, observe Ludivine Griveau, la régisseuse des Hospices de Beaune.

 

Vendanges vers la mi-septembre en pinot noir

 

Le chardonnay sera donc généralement vendangé après le pinot noir qui était plus en retard dans son  débourrement début avril, qui a moins gelé et dont l’évolution a donc été un peu moins perturbée ; on peut même s’attendre à une récolte correcte en Côte de Nuits où quelques vignerons ont du faire… des vendanges en vert dans quelques parcelles sans doute plantées en pinots noirs productifs ; ce n’est toutefois pas une généralité, loin de là.

“C’est mieux en pinot noir qu’en chardonnay et mieux en Côte de Nuits qu’en Côte de Beaune, c’est vrai ; disons qu’il y a 5-6 raisins par pied en Echezeaux ou Clos de la Roche, 3-4 en Volnay et 1 ou 2 à Meursault”, ajoute Ludivine Griveau, qui au vu des derniers contrôles de maturité effectués le 3 septembre dernier

(11,1 degrés en Volnay Taillepieds, 11 en Beaune Champs Pimonts, 10,9 en Volnay Le Clos, 10,7 en Savigny Marconnets et en Corton Clos du Roi…) et du beau temps qui a régné sur la région depuis, pourrait commencer de vendanger vers le 16 ou 17 septembre en pinot noir et dans les secteurs précoces de la Côte de Beaune.

Le chardonnay viendra une bonne semaine plus tard. “Je crois que c’est encore un millésime où la minutie dans le choix de la date de récolte parcelle par parcelle va être  prépondérante”, conclu Ludivine. Ajoutons qu’entre cépages, vignes plus ou moins gelées, altitudes, expositions, contrainte météo… cela risque d’être un casse-tête permanent.

 

Nous vous en dirons un peu plus la semaine prochaine sur la Bourgogne… et le Beaujolais qui avait beaucoup moins souffert du gel et où beaucoup de domaines de qualité prévoient de commencer les vendanges vers le 15-17 septembre …

 

Christophe Tupinier

 

 

 

 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Le nouveau Bourgogne Aujourd’hui est en ligne !

Le nouveau numéro de Bourgogne Aujourd'hui (161) est en ligne. Au sommaire : les Hospices de Beaune, Sotheby's, les AOC régionales à petits prix, Beaune, Morey-Saint-Denis et le Beaujolais qui se lance dans la quête du Graal.

12 octobre 2021

La cité des vins devient cité des climats !

Nouvelle étape dans sa communication, la Cité des vins et des Climats de Bourgogne devient Cité des Climats et vins de Bourgogne.

08 octobre 2021

Vendanges 2021 : bilan entre optimisme et réalisme à la maison Faiveley

Une semaine après la fin des vendanges, le directeur technique de chez Faiveley fait un premier bilan.

07 octobre 2021

Nos derniers magazines