Accueil Actualités Bientôt les décuvages aux Hospices de Beaune

publié le 18 septembre 2015

Bientôt les décuvages aux Hospices de Beaune

 

Les rangs de vignes sont désormais vides en Côte de Beaune. Les vignerons ne quittent plus leurs cuveries, où l’on retrouve en ce vendredi matin Ludivine Griveau, régisseur du domaine des Hospices de Beaune. ” Tous les blancs sont en fûts. Quelques cuvées ont même déjà terminées leurs sucres, comme le Batard-Montrachet ou le Corton Charlemagne cuvée Roi Soleil. Les fermentations se déroulent bien. C’est beaucoup de suivi et des dégustations régulières. Dans la cave, on commence à amarrer les pièces pour les rouges. On va entamer le décuvage ce week-end, ou lundi. On déguste chaque cuve deux fois par jour, on croque le marc, on renifle… De vraies têtes chercheuses ! Pour l’instant on a de jolies extractions, avec des jus colorés, et des arômes de type solaires, sur les fruits noirs comme la mûre. Il y a plusieurs itinéraires techniques qui s’offrent à nous et il n’est pas toujours évident de savoir quand stopper les macération par exemple, avec une telle qualité de raisins. Mais c’est intéressant ! On discute, on échange”. En parallèle de son travail de terrain, Ludivine Griveau prépare aussi la future Vente des Vins, qui approche à grands pas. “C’est beaucoup de réunions en internes, d’éléments à fournir en matière de communication, comme pour la tournée en Asie qui aura lieu fin octobre”.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines