Accueil Actualités Bourgogne-Beaujolais : les vendanges 2016 ont commencé !

publié le 14 septembre 2016

Bourgogne-Beaujolais : les vendanges 2016 ont commencé !

 

Les vendanges ont commencé doucement en fin de semaine dernière dans le Beaujolais pour les raisins destinés à la production de vins effervescents AOC crémants de Bourgogne. “Cela va s’accélérer à partir de ce week-end”, confirme Pierre du Couëdic, directeur de l’UPECB (Union des producteurs et élaborateurs de crémants de Bourgogne).Pour les vins “tranquille”, la date tardive pour un début de vendanges de début octobre, qui était encore annoncée il y a quelques semaines, appartient au passé. Un été chaud, sec, voire très sec, a changé la donne et permis de gagner une à deux semaines. Dans les réseaux “maturités” Beaujolais et Bourguignons (lire “news” des semaines précédentes) les constats sont les mêmes : la maturité progresse très régulièrement, en rouge comme en blanc, à un rythme soutenu, le tout avec de bons équilibres et des raisins qui conservent un état sanitaire parfait. Que demander de plus ?
Aux derniers prélèvements effectués ce lundi dans le Beaujolais, les parcelles les plus précoces approchaient les 12,5 degrés naturels (elles les ont dépassés depuis) et la moyenne se situait autour des 11 degrés. Les vendanges de gamays destinés à la production de vins tranquilles devraient commencer dès ce week-end dans les secteurs précoces et s’accélérer la semaine prochaine. Elles s’étaleront jusqu’au début du mois d’octobre dans les zones plus tardives.
Le constat est le même en Bourgogne, avec toutefois, comme conséquence du gel de fin avril une plus grande hétérogénéité dans les niveaux de maturité, qui va amener bon nombre de vignerons à se gratter la tête pour choisir la bonne date de récolte. Que faut-il faire quand sur un même pied de vigne, vous trouvez un raisin de première génération, non gelé, aujourd’hui quasiment prêt à être coupé et à quelques dizaines de centimètres seulement un autre raisin, de deuxième génération celui là, issu d’un contre-bourgeon et qui affiche 10 jours de retard ? Faut-il laisser le premier raisin sur pied, attendre en espérant que le second atteigne un niveau de maturité suffisant et vendanger les deux en même temps ou repasser deux fois dans la vigne ? C’est à ce genre de question que les Bourguignons devront répondre et le choix de la date de vendange va donc s’avérer déterminant en précisant que les premiers vignerons devraient se lancer dès la semaine prochaine.
Bref, c’est donc très bien parti et si tout le monde scrute aujourd’hui le ciel, ce n’est pas par crainte des intempéries annoncées pour les prochains jours, mais en espérant que le ciel daigne enfin déverser quelques millimètres de pluie sur des sols asséchés par des semaines de chaleur, voire de canicule et de régime sec. On observe même par endroit, surtout en Bourgogne, les premiers phénomènes de blocage des maturités par manque d’eau. Un peau d’eau, pas trop, pourrait donc faire du bien, “détendre” les vignes, les raisins, relancer la maturité et terminer le travail ! La fameuse “cerise sur le gâteau”…
En conclusion, dans les deux régions, si la météo ne se trompe pas, si les pluies modérées annoncées sont suivies dès le début de semaine prochaine du retour d’un temps plus sec et plus chaud (dans les normales de saisons), alors tout porte à croire que sur le fil, après être passé par toutes les couleurs, et bien 2016 pourrait finalement être un bon, voire, par endroits, un très bon millésime.

Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines