Accueil Actualités Bourgogne : Le bio est-il en péril ?

publié le 30 septembre 2016

Bourgogne : Le bio est-il en péril ?

 

Fin juin, rendez-vous est pris avec
Laurent Fournier, vigneron à Marsannay-la-Côte (Côte de Nuits – 21), qui sera
mis en avant dans notre numéro « Spécial
Millésime 2015 ». Au fil de la conversation, nous abordons les
difficiles conditions météorologiques de l’année 2016 et c’est là que le
vigneron, l’air grave, nous annonce que pour sauver ce qui lui reste de récolte
après les gelées et faire face à l’importante pression de mildiou dans ses
vignes, il a décidé de traiter ses vignes en conventionnel, bien conscient
qu’il perdra sa certification bio. Cette décision, lourde de conséquences,
d’autres vignerons bourguignons ont été amenés à la prendre, mais pas la majorité des bio, loin de là,
comme nous avons pu l’entendre à de nombreuses reprises au cours des derniers
mois.

Emmanuel Giboulot, vigneron à Beaune
(21), correspondant viticole pour BioBourgogne, association qui a pour but de
promouvoir et de développer l’agriculture biologique en Bourgogne, n’est pas en
mesure de donner un chiffre, ni même une estimation, du nombre de vignerons
ayant choisi d’arrêter les traitements bio cette année. « On verra après
les vendanges, en fonction des dossiers de réengagement que l’on recevra. Il
faut bien comprendre que ces décisions n’ont pas été prises à la légère. On a
rencontré des producteurs en grande souffrance. Les vignerons ont tous été
touchés mais à des degrés différents. La Côte Chalonnaise
et le Mâconnais, à l’exception des vignes grêlées, devraient rentrer une belle
récolte. C’est plus compliqué à Chablis, Côte de Nuits et Côte de Beaune. Dans
ce dernier secteur, il y a eu une succession de trois années de grêle. En 2015, les vignes étaient fatiguées, provoquant une
petite sortie de raisins. Nous étions confiants pour 2016, mais le gel des 27
et 29 avril a fait des dégâts considérables ». (…)

La suite de l’article avec notamment le témoignage de plusieurs vignerons bio est à lire dans le numéro 131 de Bourgogne Aujourd’hui, disponible à l’achat au numéro. Diverses formules d’abonnement sont également disponibles en ligne.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines