Accueil Actualités Clotilde Courau, une présidente au grand coeur

publié le 17 novembre 2013

Clotilde Courau, une présidente au grand coeur

 

Il est 16h30 quand Clotilde Courau, présidente de cette 153 ème Vente des Vins des Hospices de Beaune, monte à la tribune pour la mise aux enchères de la pièce de charité. La salle l’accueille avec un ban bourguignon, qu’elle reprend volontiers. Représentant l’association Petits Princes, qui réalise le rêve d’enfants hospitalisés, l’actrice s’est confiée sur son histoire. “J’ai connu enfant, à 8 ans, l’enfermement dans un hôpital, en Yougoslavie, après avoir été brulée vive. La cause défendue par Petits Princes me touche donc particulièrement”. Après des enchères que l’on a connu plus animées, la pièce est finalement adjugée au prix de 130 000 € à une acheteuse chinoise, Yan Hong Cao, propriétaire de magasins dans la province du Yunan, de plantations de thé et de mines de jade. Si Clotilde Courau aurait aimé que les prix s’envolent plus, elle est tout de même satisfaite. “Cette expérience aux Hospices de Beaune est vraiment unique, extraordinaire”, confie l’actrice. “Je ne connaissais pas les vins de Bourgogne jusqu’à hier, mais j’ai bien l’intention de poursuivre mon apprentissage. Pierre Arditi a commencé à m’initier à ces délicieux breuvages. Pour moi le vin ouvre l’âme et l’esprit. Ce n ‘est pas un produit dangereux, mais l’histoire d’hommes et de traditions. J’ai l’intention de transmettre cette culture à mes filles”.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines