Accueil Actualités De nouvelles têtes à la présidence du BIVB

publié le 18 décembre 2013

De nouvelles têtes à la présidence du BIVB

 

Claude Chevalier est viticulteur à Ladoix-Serrigny (Côte de
Beaune). Louis-Fabrice Latour est PDG de la
maison Louis Latour (Beaune). Les voilà à la tête de l’interprofession des vins de Bourgogne. Ils succèdent à
Pierre-Henry Gagey et Michel Baldassini qui ont occupé ces fonctions pendant 8
ans, soit deux mandats.

Au cours de leur prise de fonction, Louis-Fabrice Latour a
insisté sur la mise en oeuvre de la Cité du Vin. Le projet, officiellement lancé en juillet dernier, veut constituer la
porte d’entrée, manquante jusqu’ici, dans l’univers des vins de Bourgogne pour
les visiteurs qui se rendent dans la région. Elle doit voir le jour d’ici 2016
à Beaune.

Louis-Fabrice Latour a aussi évoqué le rapprochement avec le
Beaujolais, projet « qui serait un évènement marquant de notre mandature »,
a-t-il insisté. Une réalisation à laquelle le négoce tient beaucoup. Auparavant,
Pierre-Henry Gagey avait affirmé que la création de l’appellation coteaux bourguignons, qui a vu le jour en 2011, était une première étape.

Claude Chevalier, a exprimé de son coté sa volonté de «
défendre les AOC les moins connues ». Ce nouveau duo à la tête du BIVB aura
aussi pour mission de mettre en oeuvre le plan Amplitude 2015, voté en décembre 2010. Un plan
qui a placé la « barre haut » comme l’a rappelé Pierre-Henry Gagey : « Etre la
référence mondiale des grands vins nés d’une viticulture durable ».

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines