Accueil Actualités Découvrez nos “Bourguignons de l’année 2015” !

publié le 16 février 2016

Découvrez nos “Bourguignons de l’année 2015” !

 

Le Domaine
Faiveley (Nuits-Saint-Georges – 21) et le Domaine de la Pousse d’Or (Volnay – 21) sont nos “Bourguignons de l’année 2015”. C’est une récompense décernée à des vignerons
sans cesse à la recherche du détail qui va faire progresser leurs vins et… de
nouvelles opportunités d’investissements.
La rencontre entre
Patrick Landanger et Erwan Faiveley nous sort des canons traditionnels de la
Bourgogne des clochers, des vignerons de père en fils. Industriel à succès dans
les prothèses médicales, à Chaumont (52), Patrick Landanger reconnaît être venu dans le vin
avec une logique d’investisseur. Erwan Faiveley constitue la énième génération d’une longue
histoire entamée en 1825, par la création du domaine éponyme…
Vous pouvez lire la suite de l’article en vous abonnant à une version “on line” et/ou en achetant le numéro 127 de Bourgogne Aujourd’hui.
Retrouvez ci-dessous les commentaires de dégustations de quelques vins d’exception du domaine Faiveley dégustés lors de la réalisation du reportage.
Corton-Charlemagne grand cru blanc 1996 –
19 sur 20

1996 est un millésime
où il ne fallait pas se précipiter pour vendanger. « On parle beaucoup de
la maturité phénolique en rouges, mais jamais en chardonnay et c’est une
erreur. Une peau dorée, des pépins croquants, sont des signes d’une maturité
accomplie et des garanties contre l’oxydation prématurée des blancs »,
lance Jérôme Flous, directeur technique chez Faiveley. Arômes d’agrumes confits, d’épices, de noisette grillée… Le
vin est somptueux, intense, long, à la fois pur, tendu et moelleux.

Musigny grand cru rouge
2000 – 20 sur 20

Jusqu’à ce jour, la Maison Faiveley possédait très
exactement 334 pieds
de vignes dans le Musigny
et elle vient d’acquérir 1 000 mètres carrés supplémentaires dans
ce grand cru magique. Ce vin constitue une forme de perfection. Arômes de
fleurs séchées, d’épices, de fruits confiturés, de tabac, de chocolat… C’est
une caresse en bouche, avec la richesse, la longueur, mais surtout, cette
texture suave, sensuelle, enrobée, que l’on attend d’un musigny.

Latricières-Chambertin grand cru 1993 – 17,5
sur 20

Arômes de tabac,
torréfaction, épices, fruits secs… 1993 était un millésime solide mais ferme et
avec le temps, tout s’est
amadoué, affiné, civilisé, pour donner un vin dense, charnu, enrobé et élégant.

Mazis-Chambertin 1979 – 17 sur 20

Erwan Faiveley a choisi 1979 qui est… son année
de naissance et une belle année pour les vins de Bourgogne. Arômes de figue sèche, de boîte à tabac, de fleurs
séchées… Le vin est tout en longueur, digeste, frais, épicé et élégant.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Meursault village Les Tessons.

Meursault 2019-20 : une opposition de styles rassurante !

Si le concept du réchauffement climatique peut s’appliquer sans la moindre réserve aux millésimes 2019 et 2020, la comparaison s’arrête là. Le premier est plein de richesse, le second beaucoup plus frais, presque « classique » et c’est finalement très rassurant…

22 juin 2022

Nos derniers magazines