Accueil Actualités Denis Dubourdieu est décédé

publié le 29 juillet 2016

Denis Dubourdieu est décédé

 

C’était un amateur de chevaux, un homme cultivé, charismatique, ” de conviction et de caractère (qui) détestait à peu
près tout ce dont s’est moqué Molière : les faux-culs, les prétentieux,
les affairistes, les précieux et les ridicules à qui bien souvent il a
délivré des piques si bien aiguisées qu’il serait mensonger d’affirmer
qu’il ne possédait pas d’ennemis”, comme l’a si bien défini Jacques Dupont ces derniers jours sur le site du magazine Le Point. Il était aussi un grand amateur des vins blancs de Bourgogne (il a mené des travaux essentiels concernant l’élevage sur lies) dans lesquels il aimait déguster cette “sucrosité sans sucre” qui marque les plus grandes bouteilles après quelques années, voire quelques décennies de vieillissement. Il était de cette lignée des grands oenologues Bordelais, enseignant-chercheur, oenologue-conseil, qui ont incontestablement marqué les 50 dernières années. Denis Dubourdieu est décédé en début de semaine d’un cancer et avec lui les vins de terroirs, où la finesse, la pureté, l’élégance et une forme de modestie l’emporte sur les biceps et l’esbroufe des vins prétendument “modernes” perdent un ardent défenseur.L’expérience Bordeaux Aujourd’hui (2007 à 2009) nous avait permis de le côtoyer régulièrement et quelques années auparavant nous avions réuni Dominique Lafon, grand vigneron à Meursault et Denis Dubourdieu pour une rencontre qui restera parmis nos grands souvenirs professionnels. Voici cette rencontre (fichier pdf en pièce jointe) dans son intégralité.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines