Accueil Actualités Dernier jours de vendanges au domaine Chandon de Briailles

publié le 10 octobre 2013

Dernier jours de vendanges au domaine Chandon de Briailles

 

Jeudi 10 octobre, 16h. Savigny-lès-Beaune.

Fin de la pause pour les vendangeurs. Chacun rejoint son rang, sécateur dans une main, seau vide dans l’autre. De la camionnette blanche garée sur le contour de la vigne, la radio entonne un des tubes de Daniel Balavoine. C’est le dernier jour de vendanges au domaine Chandon de Briailles (Savigny-lès-Beaune). Les joyeux drilles de l’équipe ne manquent pas une occasion de se distinguer : « Eh le journaliste, on te laisse un rang ! ».

François de Nicolay nous a donné rendez-vous dans le savigny-lès-beaune premier cru Aux Fourneaux. Une vigne durement touchée par la grêle du 23 juillet dernier. « Les grêlons étaient assez petits mais projetés par des bourrasques très violentes », se souvient-il. A ce stade final de maturation, les raisins sont bien colorés et paraissent avoir été épargnés. En y regardant de plus près, on distingue des baies flétries et sèches au coeur des grappes. « J’ai fait installer une table vibrante à la cuverie pour la première fois. C’est très efficace pour faire tomber les grains secs ».

Quelques centaines de mètres plus haut, dans le savigny premier cru Les Lavières, l’équipe n’ira même pas vendanger. La récolte y est estimée à moins de 5 hectolitres par hectare. Avec 2,60 hectares, c’est l’une des appellations phares du domaine. La perte est particulièrement cruelle. Heureusement, le corton-charlemagne, les cortons rouges et l’aloxe-corton ne sont pas touchés. Les raisins y sont demeurés très sains, avec de bonnes maturités.

Tout au long des vendanges, le constat s’est confirmé : la production 2013 sera faible. Très faible. François de Nicolay fait le point avec son assistant : leurs estimations ne totalisent guère plus de 45 pièces de vins (fût de 228 litres) produites sur la totalité de l’exploitation. Elles étaient une centaine en 2011, dernier millésime à rendement « normal ».« C’est d’autant plus vexant que l’on nous a jamais demandé autant de vins qu’en ce moment. On va se faire engueuler par les clients », déplore le vigneron.

Mais François de Nicolay ne s’est pas affolé. « Initialement, selon la date de floraison, le début des vendanges était prévu pour le 25, 26 septembre. Nous avons finalement commencé les rouges le 4 octobre ». Avec de surcroît une pause pendant l’épisode de pluie du week-end dernier. Le vigneron a attendu ce qu’il estime être la maturité souhaitée, quitte à voir la pourriture progresser. « De toute façon, je ne sais rien faire avec des raisins pas équilibrés », explique-t-il. Le tri à la vigne a fait le reste.

En cave, les blancs commencent tout juste à fermenter. Les rouges patientent. Les peaux sont épaisses et bien colorées. Les vins ne devraient pas manquer de structure et d’intensité selon les premières impressions du vigneron. En vinification, l’approche sur les parcelles grêlées s’écarte des schémas classiques au domaine : les raisins sont totalement égrappés (contre 40 à 60% de grappes entières dans les cortons) et les cuvaisons raccourcies. Le but étant d’éviter d’obtenir le « goût de sec » qui marque parfois les raisins malmenés.
En attendant, il faut rentrer les derniers fruits à la cave. Un rayon de soleil vient, enfin, saluer les derniers coups de sécateur.
Laurent Gotti
Photo : François de Nicolay dans les vignes de savigny premier cru Aux Fourneaux

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Corton et Corton Charlemagne défient le temps !

Comme chaque vendredi précédent la vente des vins des Hospices de Beaune, la maison Bouchard Père et Fils a une fois de plus mis les petits plats dans les grands ; au "menu" : un formidable déjeuner-dégustation autour de vieux Corton et Corton-Charlemagne grands crus... jusqu'en 1934 !

28 novembre 2022

Gevrey-Chambertin, des hauts et des bas en 2021 !

"Roi Chambertin" nous a récemment offert l'opportunité de déguster une centaine de vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2021, avec des hauts et des bas...

24 novembre 2022

Flavie Flament et Benoit Magimel ont fait flamber les enchères de la pièce de charité.

Nouvelle pluie de records aux Hospices de Beaune !

Produits global, prix moyen de la pièce, pièce de charité... Une nouvelle pluie de records s'est abattue hier sur la vente des vins des Hospices de Beaune.

21 novembre 2022

Nos derniers magazines