Accueil Actualités Domaine Joblot, anatomie d’une révolution

publié le 01 février 2016

Domaine Joblot, anatomie d’une révolution

 

Les
plus anciens s’en souviennent sans nostalgie : dans les années
soixante-dix et quatre-vingt, la Bourgogne cherchait ses marques, entre laxisme
dans la conduite du vignoble et tâtonnements oenologiques. Dans une Côte Chalonnaise (71) à la réputation confidentielle,
quelques rares domaines parvenaient à secouer le cocotier, comme Michel Juillot
et Paul de Launay à Mercurey, ou Henri Jacqueson, à Rully. Les millésimes frais
et pluvieux d’avant le réchauffement climatique fournissaient leur lot régulier
de vins maigres et délavés, et même les « grandes années » (1978,
1985…) n’engendraient pas partout des bouteilles mémorables !

Les
premiers millésimes d’un jeune diplômé d’oenologie frais émoulu de la fac,
Jean-Marc Joblot, ont donc été, dans ce contexte, vécus comme un choc. Une
petite révolution à l’échelle du Chalonnais…
La dégustation

Givry premier cru rouge Cellier aux Moines

Le givry premier cru Cellier aux Moines est l’un des premiers crus
emblématiques de la Côte Chalonnaise et le porte-drapeau du Domaine Joblot.
2014 –
16 sur 20

Le
dernier né, tout juste mis en bouteilles, est un grand séducteur. Une robe
carminée, un nez frais mêlant des notes de confiserie fine, de pivoine et de
framboise, une enveloppe soyeuse et des tanins croquants composent ce vin de
charme, déjà abordable et qui devrait vieillir avec grâce.
2013 –
16 sur 20

Disons-le
tout net : au premier abord, ce 2013 -millésime froid- ne nous a guère
emballés. Succédant au panier de fruits de 2014, il apparaissait corseté,
sérieux, voire austère. Quelques minutes dans le verre lui ont permis de
révéler sa vraie nature. S’il reste strict, il sait aussi séduire par ses
arômes de cerise à l’eau-de-vie, d’épices et de
fumé. Des tanins fermes et un bon potentiel de garde.
2012 –
18 sur 20

Le
premier millésime de Juliette Joblot en solo figurera parmi les réussites du
domaine. Avec ses notes de mûre, de cassis et d’épices douces, son fruit
éclatant et ses tanins tendres, il offre une synthèse parfaite entre la
fraîcheur de la matière et la maturité du fruit. Longue finale réglissée et
avenir assuré !

Gérants :
Juliette et Jean-Marc Joblot.

Taille du domaine : 14 hectares.

80 000 bouteilles, dont 55% l’exportation.

Cuvées phares : Givry 1er rouge cru Cellier aux Moines, Givry
1er cru rouge et blanc
Servoisine.

4 rue Pasteur – 71640 Givry. Tél. 03 85 44 30 77

Vous pouvez lire la suite de l’article en vous abonnant à une version “on line” et/ou en achetant le numéro 127 de Bourgogne Aujourd’hui.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Meursault village Les Tessons.

Meursault 2019-20 : une opposition de styles rassurante !

Si le concept du réchauffement climatique peut s’appliquer sans la moindre réserve aux millésimes 2019 et 2020, la comparaison s’arrête là. Le premier est plein de richesse, le second beaucoup plus frais, presque « classique » et c’est finalement très rassurant…

22 juin 2022

Nos derniers magazines