Accueil Actualités Domaine Thillardon, la “nouvelle vague” du Beaujolais

publié le 30 juillet 2015

Domaine Thillardon, la “nouvelle vague” du Beaujolais

 

Belle gueule, verbe
facile et surtout une passion débordante pour son métier… Paul-Henri Thillardon
fait partie de ces jeunes vignerons qui révolutionnent véritablement le
Beaujolais. Paul-Henri a débuté en 2008 à 21 ans, avec cinquante ares de beaujolais-villages transmis par son père et 2,5 hectares de chénas
Carrières en fermage… « J’ai fait beaucoup de co… au départ. J’ai même failli
utiliser des bouteilles bordelaises », explique le garçon dans un grand
éclat de rire. Il faut bien que jeunesse se passe… Nouvelle étape en 2009 avec la reprise en métayage de 1 hectare en chénas Blémonts et de 2 hectares de chénas Boccards, le tout avec un cuvage. Le domaine a donc grandi peu à
peu jusqu’au cap de 2012, avec le rachat des 5,5 hectares (5,1 de
chénas et 40 ares de moulin-à-vent) du Domaine de Chassignol, rebaptisé avec le
reste des vignes, Domaine Thillardon depuis que son frère Charles l’a rejoint sur le domaine (en 2011).
Les vignes
sont conduites en bio depuis les débuts, avec un passage désormais à la biodynamie (demande de certification en 2015). « En fait, j’ai tellement aimé certains vins bio, que cela m’a donné
envie de devenir vigneron et bien sûr de conduire mes vignes en bio », explique Paul-Henri. Les vinifications longues (3 semaines) associent vendange égrappée et vendange entière (avec une tendance à augmenter la vendange entière). L’élevage se fait à 30% en fûts de chêne pour les Carrières et 50% pour les autres chénas, sans le moindre fût neuf dans tous les cas.
La production du domaine
est aujourd’hui vendue à 100 % en bouteilles et 40 % à l’exportation,
ce qui tend à démonter que contrairement à ce que l’on peut lire et entendre parfois, les grands vins du
Beaujolais ont une place à prendre sur les marchés mondiaux. Lors de notre récente visite Paul-Henri
nous avait préparé une dégustation
verticale de ses chénas Carrières, Blémonts et Boccards. Un beau moment…
Chénas BOCCARDS
Le terroir : Le lieu-dit est en fait un plateau granitique très ventilé et la vigne était déjà en bio avant sa reprise par les frères Thillardon.2012 – 16 sur 20
Belle robe intense. Le nez est encore peu expressif, mais profond, pur, autour d’arômes “rhodaniens” d’épices et de violette. Le vin est compact, droit, avec une jolie minéralité. Très prometteur mais de toute évidence à attendre.
2011 – 19 sur 20
Arômes chaleureux, généreux, encore plus “rhodaniens” d’épices, de fleurs qui évoquent la syrah. En bouche, le grand millésime est bien au rendez-vous avec une bouche consistante, un fruité gourmand, des tannins veloutés, beaucoup de longueur et une minéralité fine qui dynamise l’ensemble. Grand vin de garde !

Chénas BLEMONTS
Le terroir : Situé près des Carrières (voir ci-dessous), Blémonts est un climat au sol d’argile et de manganèse, sans une trace de granit. 2010 – 18 sur 20
Robe grenat, intense, toute jeune. Arômes délicats, fruités, épicés, torréfiés… En bouche, le grain est racé, gourmand,, intense, avec beaucoup de soyeux et de finesse, le tout sans une once d’évolution.
2009 – 17,514 degrés naturels à la vendange ! Il a fait chaud en 2009 et le vin exprime tout ce soleil dans des arômes de confiture de cerise, d’épices. La texture est riche, tendre, gourmande, enrobée, le tout avec beaucoup de délicatesse. Un régal !

Chénas CARRIERES
Le terroir : Pour beaucoup le Beaujolais est un univers uniformément granitique ; pas dans les Carrières où le sol est au contraire alluvionnaire, avec petites graves en surface sur 30 cm avant d’arriver à l’argile.
2010 – 16 sur 20
Arômes expressifs, frais, nets de fruits rouges et noirs. En bouche, le vin est bien équilibré, délicat, à la fois dense, gourmand, charnu et aérien.
2008 – 14,5 sur 20Belle robe intense. Arômes épicés, poivrés, avec des notes florales-végétales et un fruité sur la griotte, la fraise des bois. En bouche, le vin est encore jeune, bien équilibré, croquant. Il n’a pas la densité d’une grande année, mais c’est un beau chénas classique, pur, agréable à déguster aujourd’hui.

Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines