Accueil Actualités Drouhin s’implante dans le Beaujolais

publié le 06 octobre 2014

Drouhin s’implante dans le Beaujolais

 

A compter de ce millésime 2014, les vignes du domaine des Hospices de Belleville-sur-Saône (69), dans le Beaujolais, sont confiées à la Maison Joseph Drouhin, installée à Beaune (21). Cette dernière aura en charge l’exploitation et la commercialisation des vins sous la marque “Hospices de Belleville”. Ouvert en 1733 pour accueillir les “pauvres” malades, l’Hôtel-Dieu de Belleville a bénéficié dès sa construction des largesses de généreux “bienfaiteurs”. Sous diverses formes, parmi lesquelles des propriétés agricoles et viticoles, ces donations ont constitué une aide irremplaçable au développement de l’établissement. Aujourd’hui, l’Hôpital a conservé la propriété des domaines viticoles : 14 hectares en crus Fleurie, Brouilly et Morgon.Fondée en 1880, la maison Joseph Drouhin réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 34 millions d’euros, à 70% à l’exportation et le Beaujolais représente déjà 17% des ventes totales de la maison (10% hors primeurs). C’est la 4ème génération qui est aux commandes en la personne de Frédéric Drouhin, PDG et président depuis peu l’Union des maisons de vins de Bourgogne. Le domaine Joseph Drouhin couvre 78 hectares et s’étend sur l’ensemble de la région viticole de Grande Bourgogne : Chablis, Côte de Nuits, Côte de Beaune et Côte Châlonnaise. Par conviction profonde, Joseph Drouhin y a adopté les pratiques de la culture biologique et biodynamique. La maison exploite également un domaine important aux USA (état d’Oregon) où elle vient d’ailleurs de renforcer sa présence (article ci-joint).
Après Jadot, Latour, Bouchard Père et Fils, Boisset, c’est une nouvelle maison bourguignonne de réputation internationale qui s’implante dans le Beaujolais confirmant par la même que cette région devient pour la Bourgogne un axe de développement important.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines