Accueil Actualités Encore ! La grêle frappe le vignoble de Côte-d’Or

publié le 28 juin 2014

Encore ! La grêle frappe le vignoble de Côte-d’Or

 

“Encore ! Que doit-on faire ?”  Ce samedi 28 juin, à 19 heures, le vigneron de Meursault rentre à son domaine. Il vient de faire le tour de ses vignes à Meursault, Volnay, Pommard et Beaune. Pour la troisième année consécutive, elles ont été touchées par un orage de grêle. Les dégats semblent importants. A Beaune, le secteur sud des avaux et des sizies est plus touché. La grêle frappe de façon hiératique, sans logique. Une vigne est dévastée, la voisine non. A Meursault, le secteur du cromin, au nord du village, entre les premières maisons et les volnay-santenots, est particulièrement frappé”, remarque François Bitouzet, vigneron à Volnay. Il continue et explique : “A Volnay, c’est le sud du Coteau qui est touché. L’orage a duré peut de temps. Cinq minutes alors que l’an passé, il avait duré un bon quart d’heure. Les grêlons étaient de taille très disparates : de celle d’une bille à celle d’une balle de golf “. Depuis le matin, les vignerons de Volnay avaient actionné le canon, mis en place au printemps. Il propulse dans les nuages de l’iodure d’argent avec pour objectif, si ce n’est d’empêcher les orages, de diminuer leur impact. “Je pense que ce canon a permis de minimiser les dégâts”, complète le vigneron..
La grêle est aussi tombée en Côte de Nuits : Vosne-Romanée, Chambolle-Musigny, Morey-Saint-Denis… Mais, selon un vigneron contacté, les orages ont été sans effet sur le vignoble.
Cet épisode climatique intervient alors que le moral des vignerons remontait. ” La récolte 2014 s’annonçait bien, sans problème. Et voilà !”, souligne Rodolphe Demougeot, vigneron à Meursault. C’est la troisième année que la côte de Beaune plus particulièrement est ainsi frappée. 2012, 2013 et leur aléas climatiques, ont été des récolte particulièrement réduites, notamment entre Meursault et la colline de Corton. Jusqu’à 50 %, voire 60 de moins de raisins en moins pour certains domaines.
Il convient d’attendre le début de semaine pour dresser un bilan plus précis. Mais, Samedi, en fin d’après-midi, les Renaukt Kangoo ou autres Peugeot  Partner et Citroën  Berlingo sillonnaient les chemins de vigne. les vignerons constataient les dégâts. Avec un seul espoir : “Qu’il fasse bon et sec la semaine prochaine pour que les blessures des vignes cicatrisent bien”.
Thierry Gaudillère

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines