Accueil Actualités Gevrey-Chambertin présente son millésime 2014 !

publié le 13 novembre 2015

Gevrey-Chambertin présente son millésime 2014 !

 

Hier, 12 novembre, les vignerons de Gevrey-Chambertin ont organisé une dégustation professionnelle de 117 vins du millésime
2014, en villages, premiers crus et grands crus. Cette dégustation confirme celle réalisée par
Bourgogne Aujourd’hui au printemps 2015 (avec 119 échantillons). Quelques mois d’élevage en plus n’ont pas fondamentalement modifié nos appréciations sur le millésime, sur son niveau élevé chez les bons vignerons, ses grandes réussites
(domaines Bruno Clair, Heresztyn-Mazzini, Harmand-Geoffroy, Geantet-Pansiot…), ou la faiblesse de certaines cuvées.

2014 a été une année favorable à la Côte de Nuits épargnée par la grêle et où les
dégâts occasionnés par la drosophile (article joint) ont été
limités. Lors de cette
dégustation du 12 novembre, nous avons pu constater que des prises de
bois marquées ont encore tendance à durcir les finales de bouche sur certaines cuvées –
sans doute tout simplement trop boisées – alors que d’autres vins manquent cruellement de
couleur et de densité. Ces défauts, absents chez les vignerons sérieux, sont
essentiellement dus à des rendements plus élevés que dans les millésimes
précédents (+ 18,4%) ce qui est toujours délicat – pour ne pas dire inquiétant – avec le
pinot noir, qui plus est dans une année difficile à gérer comme 2014.

Dans les meilleurs domaines (voir Bourgogne Aujourd’hui n°124 – juillet/août 2015),
les vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2014 sont fidèles à leur image : charnus, très
parfumés, avec de belles matières, l’équilibre et des tanins structurés. On peut parler chez ces gens là de très bon millésime. En conclusion, il faudra
toutefois être vigilant dans ses achats car les disparités entre les cuvées
sont importantes.

Gilles Trimaille

Nos coups de coeurEn village : René Bouvier, Racines du Temps – Geantet-Pansiot , vieilles vignes – Jérôme Galleyrand, vieilles vignes – Denis Mortet, Les 5 terroirs.
En premier cru : René Bouvier, Les Fontenys – Bruno Clair, Les Cazetiers et Le Clos-Saint-Jacques – Harmand-Geoffroy, Champeaux – Heresztin-Mazzini, Les Goulots – Domaine des Varoilles, Clos des Varoilles.
En grand cru : Perrot-Minot, Mazoyères-Chambertin – Cecile Tremblay, Chapelle-Chambertin – Harmand-Geoffroy, Mazis-Chambertin.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines