Accueil Actualités Guide Michelin 2016, Loiseau perd sa troisième étoile !

publié le 01 février 2016

Guide Michelin 2016, Loiseau perd sa troisième étoile !

 

Sale temps pour la grande cuisine bourguignonne qui deux ans de suite vient d’être durement été touchée à son “sommet” ! Après Meneau en 1999 et surtout Lorain (La Côte Saint-Jacques – Joigny – 89) en 2015, c’est maintenant Loiseau (Saulieu – 21) qui vient de perdre sa troisième étoile au Guide Michelin. Bernard Loiseau avait décroché le Graal en 1991, après avoir obtenu la première étoile en 1977 et la
deuxième en 1981. Comme ceux qui la connaissent un peu pouvaient s’y attendre, Dominique Loiseau n’a pas l’intention de baisser les bras. “Comme vous
l’imaginez, je suis choquée et très déçue, de
constater que le Guide Michelin a décidé de classer le
restaurant du Relais Bernard Loiseau,
après 25 ans, dans la catégorie 2 étoiles. C’est
d’autant plus regrettable que nous avons eu une
excellente fréquentation en 2015, et que les clients
nous ont manifesté régulièrement leur grande
satisfaction (…). Avec l’équipe
du Relais Bernard Loiseau, nous allons tout mettre en oeuvre, toute notre énergie, pour
récupérer cette étoile ! C’est notre
challenge pour 2016. Dans tous les
établissements du Groupe Bernard Loiseau (2
restaurants à Paris, et 3 en Bourgogne avec désormais 4 étoiles
Michelin), les équipes sont dans les starting blocks. Et, vous le
savez tous, ce n’est pas le premier défi que le Groupe
Bernard Loiseau relèvera !”, a aussitôt réagi Madame Loiseau, sans oublier de féliciter les 54 nouvelles tables étoilées en 2016 dans le Michelin. Toujours est-il que Lameloise, à Chagny (71), reste donc le dernier trois étoiles Michelin de Bourgogne ; Lameloise qui soit dit en passant avait perdu sa troisième étoile en 2005 après 26 années au sommet, avant de la retrouver deux ans plus tard.
Pour revenir à la Côte-d’Or, une autre institution de la cuisine régionale vient de “tomber” : le Pré aux Clercs, à Dijon, détenu par la famille Billoux, Jean-Pierre et son fils Alexis ; Jean-Pierre Billoux avait même un temps, à Digoin (71) dès 1976, puis à Dijon à l’Hôtel de la Cloche décroché deux étoiles au Michelin. Un autre restaurant de Côte-d’Or perd son macaron : Le Clos du Cèdre, à Beaune.
Ceci étant le Michelin 2016 ne contient pas que des mauvaises nouvelles pour la Bourgogne. A seulement 23 ans, Angelo Ferrigno, chef du restaurant La Maison des Cariatides, à Dijon (21) a même eu l’honneur du communiqué de presse de Michelin, en étant le benjamin de la sélection 2016 du guide rouge. Angelo Ferrigno avait pris la suite de Thomas Collomb fin 2014. Récemment interrogé par le journal Le Bien Public au sujet de cette
possible étoile, le jeune chef avait déclaré : ” Si elle arrive un jour aux
Cariatides, tant mieux ! Mais je cuisine avant tout pour faire plaisir aux
gens. L’étoile, c’est quand même une satisfaction et ce serait une récompense
de toutes ces années de travail que
Thomas (Collomb, ndlr) a commencé et que je continue”. A noter également que le restaurant Le Carmin, à Beaune (21), tenu par Christophe Quéant, 42 ans, a aussi reçu une première étoile au Michelin. C’est en fait la seconde fois que Christophe Quéant est étoilé. Arrivé à Beaune comme
chef de cuisine à Loiseau des Vignes, il y obtient en effet sa première étoile en mars
2010. Il créera ensuite le premier restaurant à son nom, au château de Pommard,
avant d’ouvrir Le Carmin.

En Saône-et-Loire (71), le seul changement notable concerne le restaurant de Frédéric Carrion, à Viré,
au coeur de l’AOC viré-clessé, qui perd son étoile au Michelin.Dans le Beaujolais, un nouvel établissement décroche sa première étoile : Le Château de Bagnols, un établissement à l’architecture somptueuse, dans la magnifique région des Pierres Dorées (sud Beaujolais).

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines