Accueil Actualités Hospices de Beaune : Antoine Jacquet est décédé

publié le 17 octobre 2016

Hospices de Beaune : Antoine Jacquet est décédé

 


Antoine Jacquet,
le directeur des Hospices civils de Beaune est décédé lundi 17 octobre, dans son sommeil, en
Chine, alors qu’il effectuait une tournée de présentation de la Vente des vins
du célèbre domaine. Il était arrivé à Beaune en 1988 pour prendre la direction
des Hospices Civils qui comprennent l’établissement hospitalier de la ville,
mais aussi l’Hôtel-Dieu, le monument historique, ainsi que le domaine viticole
de plus de 60 hectares dont les vins sont vendus aux enchères chaque 3ème
dimanche de novembre.
Antoine Jacquet a
toujours mené de front, avec tact, discrétion mais efficacité ses trois
missions. Il a modernisé l’hôpital de Beaune et pilotait, aujourd’hui, sa totale
rénovation avec un chantier de plusieurs années. Il avait aussi construit, au
début des années 90, la nouvelle cuverie du domaine viticole et a été une des
chevilles ouvrières de la venue de Christie’s en 2005 comme opérateur de la vente des
vins.
Antoine Jacquet avait
64 ans. Il était marié et père de trois enfants. Lorrain d’origine, passionné
de football (il a souhaité que Michel Platini préside la vente des vins des Hospices), il
était un homme engagé, investi dans ses trois fonctions essentielles pour une
ville comme Beaune, tant auprès de la population, du personnel -l’hôpital emploie 750 personnes- que du monde du vin. Il faisait toujours preuve d’un
humour à toute épreuve. Un souvenir lorsqu’au milieu des année 90, il avait
joué pleinement le jeu d’un négociant-acheteur de la vente qui,
plaisantin, lui avait annoncé que les hospices civils de Beaune allaient recevoir
un legs très important à la condition que les vins issus des vignes qui faisaient
partie de la donation soient vendus aux enchères avec les vins de Bourgogne.
Les vignes, situées dans le département de l’Ain, étaient en appellation … bugey.
Thierry Gaudillère

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines