Accueil Actualités Hospices de Beaune : nos cuvées “coups de coeur”

publié le 17 novembre 2016

Hospices de Beaune : nos cuvées “coups de coeur”

 

La 156ème vente aux enchères des vins du domaine des Hospices de Beaune se tiendra sous les halles de la ville ce dimanche 20 novembre à partir de 14 h 30. Concernant les cours des vins, nous ne nous hasarderons pas un seul instant à faire le moindre pronostic, si ce n’est que tout est possible. Depuis plusieurs années, à peu près tout le monde explique que ces cours ne peuvent plus continuer de monter, que les hausses successives contribuent à donner l’image d’une Bourgogne inabordable et pourtant les cours montent toujours et ils ont même battus de nouveaux records en 2015 (article joint). Bref tout ceci n’a plus beaucoup de sens au plan économique, mais c’est tout simplement la conséquence d’un événement médiatico-caritatif dont la portée est réellement devenue planétaire depuis l’arrivée aux manettes de Christie’s en 2005.Les vins des Hospices de Beaune ont peu à peu, au cours de ces 15-20 dernières années, atteint un excellent niveau de qualité mais ils sont très chers, alors quitte à casser sa tirelire, autant ne pas se tromper dans ses choix et ce d’autant plus que le millésime 2016 qui sera mis en vente dimanche est incontestablement hétérogène. Ludivine Griveau, la régisseuse du domaine et les vignerons des Hospices se sont battus jusqu’au bout (article ci-joint). Le niveau moyen des 46 cuvées (31 en rouge) est élevé, mais avec néanmoins des hauts et des “bas” (relatifs…). Voici nos coups de coeur* pour acheter sans se tromper.Christophe Tupinier* Entre parenthèses sont indiqués les prix hors taxes des enchères en 2015 pour une pièce de 228 litres (300 bouteilles environ).

Vins blancsLudivine Griveau a pris le risque d’attendre et de terminer les vendanges, dans les derniers jours du mois de septembre, par ses vignes de chardonnay qui avaient du retard sur les rouges. C’était un pari, rendu possible par la météo exceptionnelle du mois de septembre et il est gagné avec des vins blancs qui ont du corps, de la matière tout en conservant de bons équilibres. En vins blancs, le millésime est bien plus homogène aux Hospices qu’il le sera sur l’ensemble de la Bourgogne.Saint-Romain cuvée Joseph Menault – 14,5 sur 20 (10 000 €) Voilà un saint-romain produit à l’évidence à partir de raisins mûrs. Arômes citronnés. Bouche croquante, ciselée, minérale.
Pouilly-Fuissé cuvée Françoise Poisard – 15 sur 20 (10 000 €)Robe dorée. Arômes de fruits jaunes. Bouche grasse, opulente et bien équilibrée.
Meursault premier cru Porusots cuvée Jéhan Humblot – 16 sur 20 (25 000 €)Arômes frais de fruits jaunes et d’agrumes. Le vin est consistant, long en bouche et tonique. Le Porusots n’avait pas été à ce niveau depuis longtemps.
Meursault premier cru Genevrières cuvée Philippe le Bon – 17 sur 20 (23 000 €)C’est toujours l’une des plus belles cuvées en blanc des Hospices de Beaune et c’est encore le cas en 2016. Arômes riches et subtils. Bouche grasse, dense, avec un grain presque “aérien”.
Meursault premier cru Charmes cuvée Albert Grivault – 17 sur 20 (26 500 €)Arômes riches et complexes. Beaucoup de densité en bouche, de chair, de gras… La finale est minérale et apporte du tonus au vin.
Corton Charlemagne grand cru cuvée François de Salins – 17,5 sur 20 (49 000 €)La grande cuvée (nous n’avons pas goûté le bâtard-montrachet grand cru) en blanc des Hospices en 2016. Le vin est parfaitement typé de son climat, dense, plein, riche et tendu comme un arc. Grand potentiel.

Vins rougesEn 2016, Ludivine Griveau s’est donné comme objectif de travailler au maximum sur l’expression du fruit et sa préservation. C’est réussi, avec néanmoins des densités de bouche très différentes d’une cuvée à l’autre ; ceci confirme que 2016 sera un millésime de “grands écarts” en pinot noir. Il devrait y avoir quelques bonnes affaires dans les cuvées sur Beaune et Volnay…Auxey-Duresses premier cru Les Duresses cuvée Boillot – 15,5 sur 20 (10 300 €)En 2016, cette cuvée est une fois de plus la plus intéressante des “petites” cuvées des Hospices. Le vin est pulpeux, dense, charnu et frais.
Beaune premier cru Grèves cuvée Pierre Floquet – 16 sur 20 (12 000 €) Belle robe intense. Arômes frais et riches de fruits noirs. Le vin est consistant, charnu et tendre.
Beaune premier cru cuvée Dames Hospitalières – 16,5 sur 20 (11 000 €)Arômes de cerises noires, de pivoine. “Jus” superbe en bouche, riche, croquant, frais et élégant.
Beaune premier cru cuvée Nicolas Rolin – 16,5 sur 20 (12 500 €)Le cuvée du fondateur des Hospices est cette année très supérieure à celle de son épouse et fondatrice Guigone de Salins. Bouche pleine de “jus”, de fruit, avec un côté pulpeux et un bon équilibre.
Volnay premier cru Santenots cuvée Jéhan de Massol – 17,5 sur 20 (15 500 €)Quand la grêle ne vient pas gâcher la fête, c’est le plus beau premier cru des Hospices. Voilà un somptueux 2016, opulent, pulpeux, raffiné et frais. Très chaudement recommandé !
Volnay premier cru Santenots cuvée Gauvain – 17 sur 20 (14 000 €) L’écart n’est pas énorme avec la cuvée Jéhan de Massol ci-dessus, mais un peu moins de matière, de chair… pour un vin qui n’en reste pas moins remarquable comme d’ailleurs toute la série des vins de Volnay.
Pommard premier cru Epenots cuvée Dom Goblet – 16,5 sur 20 (17 000 €)Robe intense. Arômes fruités, précis et mûrs. Le vin est ferme, charpenté, avec de la chair et du potentiel.
Corton grand cru Clos du Roi cuvée Baronne du Baÿ – 17 sur 20 (41 000 €)Cela commence de faire un peu cher, mais voila néanmoins un Corton de haut vol : plein, charnu, pur et élégant.
Echezeaux grand cru cuvée Jean-Luc Bissey – 17 sur 20 (77 000 €)Envie de faire une énorme folie ? Alors choisissez cet Echezeaux profond, dense, long en bouche, pulpeux et raffiné.
Clos de la Roche grand cru cuvée Cyrot-Chaudron/G. Kritter – 18 sur 20 (106 000 €)Voilà un Clos de la Roche digne de ce nom, dense, finement minéral, long en bouche, réservé, harmonieux. Quant au prix, vous avez bien lu…

La 156ème vente des vins des Hospices de Beaune 2016 en bref…Date : Dimanche 20 novembre 2016 sous les halles de Beaune (21).Commissaire-priseur : Christie’s.Domaine : 60 hectares.Nombre de pièces : 596 contenants seront mis en vente aux enchères, 594 pièces de 228 litres et 2 feuillettes (en bâtard-montrachet et Chablis 1er cru Côte de Léchet), ce qui fera donc l’équivalent de 595 pièces (dont 470 en vins rouges).Cuvées : 46 dont 31 en rouge. A noter qu’une nouvelle cuvée apparaît en Corton grand cru blanc (article ci-joint) et qu’en raison de trop faibles récoltes (gel de fin avril) deux cuvées de la Côte de Beaune disparaissent en 2016 du catalogue de la vente, le Meursault village blanc Goureau et le Savigny-les-Beaune premier cru rouge Arthur Girard. Comment acheter : Tout dépend des quantités. Si l’achat concerne plusieurs pièces de vin, mieux vaut prendre contact avec un négociant bourguignon ou même directement avec Christie’s ; ceci étant pour des achats aussi importants, nous imaginons qu’à quelques jours seulement de la vente les contacts ont déjà été pris. S’il s’agit en revanche de l’achat d’une seule pièce, voire de quelques bouteilles, la maison beaunoise Albert Bichot, acheteur numéro 1 depuis plusieurs années propose des formules intéressantes et souples sur son site www.hospices-beaune.com.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Meursault village Les Tessons.

Meursault 2019-20 : une opposition de styles rassurante !

Si le concept du réchauffement climatique peut s’appliquer sans la moindre réserve aux millésimes 2019 et 2020, la comparaison s’arrête là. Le premier est plein de richesse, le second beaucoup plus frais, presque « classique » et c’est finalement très rassurant…

22 juin 2022

Nos derniers magazines