Accueil Actualités Hospices de Beaune, nouvelle flambée des cours !

publié le 17 novembre 2013

Hospices de Beaune, nouvelle flambée des cours !

 

La vente des vins des Hospices de Beaune 2013 s’est donc conclut sur une nouvelle hausse importante de 27,12% du prix moyen de la pièce de 228 litres, intervenant après la flambée des cours il y a un an des vins du millésime 2012 (+57%). Cette nouvelle hausse s’explique de plusieurs façons : le travail de qualité fait par le régisseur des Hospices de Beaune, Roland Masse, sur un millésime délicat, la faiblesse de la production en volume qui a l’évidence a pesé sur les cours alors que les marchés mondiaux sont de plus en plus demandeurs de vins de Bourgogne et la mondialisation plus évidente année après année d’une vente désormais emportée dans le tourbillon de la dynamique économique asiatique. “Les clients traditionnels de la Bourgogne, Français, Américains, Anglais… n’achètent plus ou très peu aux Hospices de Beaune, car les prix ne correspondent plus aux tarifs normaux du marché”, explique un négociant de Nuits-Saint-Georges. A l’heure ou nous écrivons ces lignes, le détail cuvée par cuvée n’est pas encore disponible, mais tout porte à penser que cette cuvée 2013 de la vente des Hospices sera marquée par un nombre record d’acheteurs asiatiques. L’achat pour 131 000 euros de la pièce de charité, un meursault Genévrières cuvée Philippe le Bon, par une chinoise propriétaire du carrière de jade dans la région du Yunnan, a marqué tous les esprits. Anthony Hanson, le responsable Monsieur vins chez Christie’s, arborait un sourire radieux à l’issue de la vente : “Sur un millésime compliqué, les Hospices ont fait ce qu’il fallait pour produire des vins de qualité et les acheteurs ont répondu présent. De plus le chiffre d’affaires est à la hausse. Tout le monde est ravi.” Sauf peut-être certains négociants qui voient peu à peu la vente leur “échapper” mais c’est là une autre histoire…
Au final, les cours des Hospices de Beaune affichent donc sur deux millésimes -2012 et 2013-, une hausse stratosphérique de près de 85% démontrant que le monde des grands vins de Bourgogne est aujourd’hui entrée dans une spirale spéculative probablement très rémunératrice mais également à haut risque.Cours moyen de la pièce de 228 litres : +27,10%, à 13 013 euros.Cours moyen de la pièce de vin rouge : +28,81%, à 12 637 euros.Cours moyen de la pièce de vin blanc :+20,20%, à 14 149 euros.Produit total de la vente : 5 764 600 euros (hors pièce de charité, frais et taxes).

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines