Accueil Actualités Hospices de Nuits-Saint-Georges, l’âme bourguignonne !

publié le 09 mars 2015

Hospices de Nuits-Saint-Georges, l’âme bourguignonne !

 

Il convient toujours d’être très prudent dès lors que l’on invoque “l’âme” de quelque chose ou de quelqu’un… Mais quand même, il y a vraiment de cela avec la vente aux enchères des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges, dont la 54ème édition se tiendra le week-end prochain, les 14 et 15 mars 2015, au Château du Clos-de-Vougeot (21).
Un petit domaine de 12,5 hectares (134 pièces de 228 litres sur le millésime 2014), spécialisé dans les nuits-saint-georges villages et premiers crus rouges, un régisseur très sérieux, Jean-Marc Moron présent depuis belle lurette, une vente “entre amis” presque, avec quelques maisons de négoce (Boisset, Faiveley, Bichot, Louis Max, Dufouleur Frères…) et surtout beaucoup de petits vignerons-négociants (Ambroise, Chaley, Taupenot, Hubert Lignier, Charlopin, Thibault Liger-Belair…) qui viennent acheter quelques pièces pour vraiment faire des affaires et des cours élevés mais qui restent dans le domaine du raisonnable, loin, très loin de la spéculation qui a envahi l’arène beaunoise depuis quelques années. Bref, à Nuits-Saint-Georges, et c’est d’ailleurs bien à l’image de la ville, pas de strass ni de paillettes, peu de caméras et de micros, mais une vente aux enchères où la vedette c’est d’abord… le vin, le pinot noir, les terroirs et le nouveau millésime, en l’occurrence 2014.
Les Nuitons envient-ils les Beaunois pour le retentissement médiatique international de leur vente ? Certains peut-être, mais pour la plupart d’entre-eux, nous sommes persuadés que non.
Pour toutes ces raisons et quelques autres, nous vous proposons donc de découvrir pendant toute la semaine, sur ce site, la vente aux enchères des vins des Hospices de Nuits : son histoire, ses cuvées, les vins, les enjeux économiques et toutes les infos pratiques pour passer un bon week-end à Nuits.
Pour commencer, retrouvez en pièces jointes les articles parus il y a quelques années dans les pages de Bourgogne Aujourd’hui, à l’occasion du 50ème anniversaire de la vente, avec notamment une dégustation verticale du fleuron du domaine des Hospices : le nuits-saint-georges premier cru rouge monopole Les Didiers.

Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines