Accueil Actualités Hubert Zeimett rejoint la Fédération des Négociants-Eleveurs

publié le 11 juillet 2017

Hubert Zeimett rejoint la Fédération des Négociants-Eleveurs

 


La Fédération des Négociants-Eleveurs de Grande
Bourgogne se renforce avec l’arrivée de Hubert Zeimett, 31 ans, diplômé de l’école d’ingénieur
Supélec et de l’Université de Wollongong en Australie. Il rejoint la FNEB en tant que Directeur-Adjoint. Il
secondera Pierre Gernelle, directeur.
Après 7 années dans le conseil en stratégie opérationnelle auprès
d’entreprises du secteur de l’assurance, ce champenois d’origine a complété son
parcours académique avec le Mastère Spécialisé en Commerce International des
Vins et Spiritueux (CIVS) de la Burgundy School of Business.
« Notre filière est mobilisée sur de nombreux enjeux, aussi bien
locaux, régionaux qu’internationaux. Je me réjouis donc du renfort de l’équipe
de la fédération. » a précisé Frédéric Drouhin, président de la FNEB.
Hubert Zeimett aura en charge plus particulièrement le suivi des dossiers
économiques. Sans oublier des dossiers aval de la filière : droit de
plantation, charte produits phyto-sanitaires, plan national anti-dépérissement
de la vigne…
La FNEB rassemble une centaine d’entreprise des vignobles Bourgogne,
Beaujolais, Jura et Savoie, dont soixante-dix pour la Bourgogne-Beaujolais.
Leur chiffre d’affaires est de 1, 600 milliard d’euros.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Meursault village Les Tessons.

Meursault 2019-20 : une opposition de styles rassurante !

Si le concept du réchauffement climatique peut s’appliquer sans la moindre réserve aux millésimes 2019 et 2020, la comparaison s’arrête là. Le premier est plein de richesse, le second beaucoup plus frais, presque « classique » et c’est finalement très rassurant…

22 juin 2022

Nos derniers magazines