Accueil Actualités Joseph Drouhin se développe en Oregon

publié le 26 décembre 2013

Joseph Drouhin se développe en Oregon

 

L’Oregon, état du nord-ouest des USA, rendu célèbre au XIXème siècle par la ruée vers l’or, est-il en train de devenir un nouvel Eldorado pour le cépage pinot noir ? L’avenir le dira, toujours est-il que les investissements retentissants s’y succèdent ; après la maison beaunoise Louis Jadot (article ci-joint) il y a quelques mois et le géant californien Kendall Jackson (plus de 1 000 hectares achetés récemment), c’est une autre maison beaunoise historique, Joseph Drouhin, qui vient de faire un “beau coup” en annonçant l’acquisition des 279 acres (112 hectares, dont 50 déjà plantés majoritairement en pinot noir) de Roserock Vineyard dans la zone d’appellation (AVA : american viticultural area) Eola-Amity Hills. La maison Drouhin connait bien la région où elle est installée depuis 1987 avec Domaine Drouhin Oregon (DDO), dans une autre AVA, celle des Dundee Hills ; DDO exploite à ce jour 50 hectares, dont 45 en pinot noir et 5 en chardonnay. “Les deux domaines sont implantés sur des sols volcaniques, donc très différents de la Bourgogne ; Roserock Vineyard bébéficie d’un climat un peu plus frais que DDO”, explique Véronique Drouhin-Boss, oenologue de la maison Drouhin où le mot famille veut dire quelque chose puisque les trois frères de Véronique sont également aux commandes : Philippe est responsable de l’ensemble des domaines, Laurent, directeur commercial aux USA et Frédéric occupe le poste de Président-Directeur-Général. Mais quelle “mouche a bien piquer” les maisons bourguignonnes pour les pousser à investir aussi loin de leurs bases historiques ? “Nous restons bien sûr très attachés à notre région où nous continuons d’investir, mais des opportunités du type de Roserock Vineyard sont rarissimes en Bourgogne”, explique Véronique Drouhin-Boss. Le prix de la transaction entre Drouhin et Roserock Vineyard n’a pas été communiqué. Ceci étant, selon plusieurs sources concordantes, le prix moyen de l’acre de vigne planté en Oregon tourne autour de 40 000 à 60 000 euros, soit environ 110 000 à 150 000 euros l’hectare. On est donc très, très loin des prix du foncier pratiqués dans les “grandes” appellations en Bourgogne, alors que les spécialistes sont nombreux à considérer les meilleurs vins rouges d’Oregon issu du pinot noir comme proches du niveau de beaux villages, voire de premiers crus de Côte-d’Or. En Oregon, le ratio entre le coût du foncier et le prix de la bouteille s’inscrit manifestement dans une vraie logique économique, ce qui n’est plus toujours le cas dans les terroirs viticoles prestigieux de Côte-d’Or, où le prix de la terre a explosé depuis quelques années.Au niveau commercial, les vins de DDO sont aujourd’hui vendus aux trois-quarts aux USA. “Le marché américain va bien sûr continuer d’être essentiel pour nous, mais Roserock Vineyard va nous permettre de répondre à une demande plus large au plan international, ce qui n’est pour l’heure pas possible avec la seule production de Domaine Drouhin Oregon”, précise Véronique Drouhin-Boss. Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines