Accueil Actualités La cote de popularité du Beaujolais s’envole !

publié le 15 avril 2015

La cote de popularité du Beaujolais s’envole !

 

1 500 visiteurs cette année contre 1 000 l’an dernier, cela nous fait donc 50% de progression d’une année sur l’autre pour la manifestation Bien Boire en Beaujolais qui s’est tenue lundi dernier au Château de Pizay, à Villié-Morgon (69). Si l’on précise que BBB avait attiré… 600 visiteurs en 2013, la progression est fulgurante et on a pas vu grand chose d’autre augmenter dans de telles proportions en France depuis quelques années… à part peut-être les impôts.
Autre signe de la la réussite de cette manifestation : un programme “off” qui commence de se développer parallèlement à BBB. Ainsi le même jour, le très sérieux groupement de vignerons Terroirs Originels avait convié ses clients à venir déguster les vins de ses membres avec notamment une belle verticale de morgon Côte de Py de chez Laurent Gauthier (nous allons en reparler…) et la présentation du petit nouveau du groupement : Yohan Lardy.
Mais arrêtons-nous un instant sur cette explosion de la cote de popularité des vins du Beaujolais. Lundi dernier, la quasi totalité de la fine fleur de la région était présente à BBB, beaucoup de domaines confirmés, quelques “stars” et des petits nouveaux qui percent ou vont rapidement percer à l’image de Mee Godard ou du domaine Les Capréoles. Dans les allées nous avons pu croiser des restaurateurs lyonnais, parisiens, des importateurs britanniques, belges et mêmes quelques cavistes bourguignons… Bref, dans des temps économiques bien difficiles, le rapport qualité-prix des vins du Beaujolais séduit, c’est une évidence. Avec évidemment toutes les nuances possibles d’un domaine à un autre, d’une appellation à une autre, d’un terroir à un autre, le style des vins rouges du Beaujolais est parfaitement en phase avec les attentes des marchés : matière, équilibre, fruité frais, boisé peu marqué…Il est toujours très aisé quand on est tranquillement assis sur son fauteuil devant un clavier d’ordinateur de donner des conseils, mais la manifestation Bien Boire en Beaujolais est devenue une vitrine et à ce titre elle a maintenant la responsabilité de faire encore mieux. Pourquoi ainsi ne pas songer, dès 2016 à organiser l’événement sur deux jours. C’est sans doute plus de frais financiers, plus de disponibilité pour les producteurs, mais aussi plus de souplesse pour leurs clients car il faut bien admettre qu’il était difficile ces dernières années d’aller déguster sérieusement chez tout le monde en une petite journée. Pour l’heure BBB “trie” peu les visiteurs, accepte les professionnels, mais aussi les amateurs. Pourquoi pas, le Beaujolais doit à notre sens éviter l’erreur commise par les grands domaines bourguignons qui se coupent de leurs clients particuliers, mais dans ce cas n’est-il pas possible de dégager un temps pour les amateurs et un autre réservé aux professionnels. Ce sont là quelques suggestions, parmi d’autres sans doute qui vont affluer au cours des prochains jours en provenance de personnes ravies, comme nous le sommes, de voir ainsi le Beaujolais retrouver des couleurs.
Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Meursault village Les Tessons.

Meursault 2019-20 : une opposition de styles rassurante !

Si le concept du réchauffement climatique peut s’appliquer sans la moindre réserve aux millésimes 2019 et 2020, la comparaison s’arrête là. Le premier est plein de richesse, le second beaucoup plus frais, presque « classique » et c’est finalement très rassurant…

22 juin 2022

Nos derniers magazines