Accueil Actualités La hausse des prix se confirme pour les vins des Hospices de Beaune !

publié le 15 novembre 2015

La hausse des prix se confirme pour les vins des Hospices de Beaune !

 

Après près de 3 heures d’enchères, le prix moyen d’une pièce (228 litres) de vin rouge a augmenté de quasiment 34% par rapport à la vente du millésime 2014. Plusieurs facteurs expliquent cette hausse, à commencer par l’implication sans cesse plus marquée de Christie’s, précise Pierre Gernelle, le directeur de la Fédération des Négociants Éleveurs de Bourgogne. L’arrivée d’un nouveau régisseur au domaine, Ludivine Griveau, a amplifié la médiatisation de cette vente et la qualité du millésime est également un des éléments essentiels de la flambée des prix. Le cours des blancs est lui aussi à la hausse, reconnaissant le travail fait par Ludivine Griveau sur ce millésime où il était plus difficile de vinifier les chardonnays et de conserver de la fraicheur aux vins blancs. Le Bâtard-Montrachet grand cru a été adjugé à plus de 80 000 €, contre 60 000 € l’an dernier. De nombreux professionnels soulignent le caractère déconnecté de la vente, où les négociants bourguignons continuent d’acheter, mais où les acheteurs étrangers sont de plus en plus nombreux.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines