Accueil Actualités La naissance des “3 Glorieuses” du Beaujolais ?

publié le 08 avril 2016

La naissance des “3 Glorieuses” du Beaujolais ?

 

Tout est parti de Bien Boire en Beaujolais (BBB), cette manifestation relancée il y a quelques années au beau milieu de la tempête et qui année après année réunit de plus en plus de professionnels et amateurs avertis curieux de redécouvrir un vignoble capable de produire de grands vins à des prix très abordables ; les deux vont pourtant rarement ensemble… Sur deux sites séparés de quelques kilomètres seulement, le château de Pizay (Saint-Jean d’Ardières – 60) et le Château de la Chaize (Odenas – 69), la fine fleur du Beaujolais des crus et des appellatiions régionales viendra présenter ses derniers millésimes dans l’esprit à la fois sérieux et décontracté (les amateurs d’ambiances “pince-fesses” peuvent passer leur chemin…) qui caractérise la région.
Le succès de la manifestation a donné des idées à l’interprofession (Inter Beaujolais) qui la veille, dimanche 10 avril, toujours au Château de Pizay proposera “Gamay Day” une série d’ateliers sur des thématiques très diverses : la gamay face au réchauffement climatique, le gamay et ses terroirs dans le Beaujolais, qui était Jules Chauvet ? Des interventions de spécialistes (pédologue, oenologue, sommelier, sociologue…) et des dégustations rythmeront chaque atelier.En ouverture de ces 3 journées, les samedi 9 avril et dimanche 10, deux syndicats viticoles organisent également des événements. Le 9 avril, à 10 h 30, les tables d’orientation du cru Moulin-à-Vent seront inaugurées au pied du moulin, avec à la clef une dégustation des meilleurs climats de l’appellation en compagnie d’Arnaud Chambost, Meilleur Ouvrier de France en sommellerie. Le lendemain matin, à 11 h 00, au sommet du Mont Brouilly, rendez pour “mise en dormance” de vins de Brouilly et de la Côte de Brouilly. Trois fûts de chêne seront symboliquement mis en terre pour s’affiner au contact de leur terroir pendant 18 mois. L’occasion également de déguster le très attendu millésime 2015.Et allez savoir si tout ceci ne deviendra pas bientôt un rendez-vous “classique, ne donnera pas naissance en quelque sorte aux “3 glorieuses du Beaujolais”, voire aux 4 … Il se murmure en effet que les organisateurs de Bien Boire en Beaujolais envisagent d’ajouter une journée à leur manifestation, histoire de professionnaliser encore un peu plus l’évènement. Ce qui serait une excellente idée à coup sûr !
Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines