Accueil Actualités La Saint-Vincent Tournante à Irancy, c’est dans quelques jours !

publié le 23 janvier 2016

La Saint-Vincent Tournante à Irancy, c’est dans quelques jours !

 

Irancy, c’est d’abord
un coup de foudre visuel. De la table d’orientation qui surplombe le village,
on découvre un vignoble en forme d’amphithéâtre, globalement assez « chaud », protégé des
froids vents du nord et de l’est ; au milieu, un village qui
occupe en quelque sorte la scène. Expositions variées, altitudes différentes,
combes boisées au beau milieu des vignes, vergers, on ne s’ennuie pas en
faisant le tour d’un vrai vignoble de coteaux.

Irancy, c’est un cas à
part dans l’Yonne, puisqu’il s’agit de la seule AOC villages rouge d’un département très largement
dédié au cépage chardonnay sous l’influence de Chablis. Irancy, c’est aussi une
histoire ancienne, puisque l’on trouve mention en 861 d’une donation de vignes
plantées en cépages rouges dans le lieu-dit Vaupessiot (voir dégustation en pages suivantes) faite par le
roi Charles le Chauve aux moines de l’abbaye de Saint-Germain d’Auxerre. Irancy, c’est enfin une résurrection
spectaculaire au cours des dernières décennies, alors que dans les années 1930, le vignoble était en
péril pour différentes raisons : vignerons tués sur les champs de
bataille de la Grande Guerre, difficile reconstitution post-phylloxérique, crise
économique… Alors que beaucoup partaient travailler dans la capitale toute
proche, quelques vignerons se sont accrochés en continuant d’entretenir leurs
vignes de gamay (aujourd’hui quasiment disparu), de pinot noir et de césar, tout
en faisant de l’élevage et/ou en s’occupant de leurs cerisiers…
Vous pouvez lire la suite de notre dossier sur Irancy en vous abonnant à une version “on line” et/ou en achetant le numéro 127 de Bourgogne Aujourd’hui.

30 et 31 janvier 2016

La
Saint-Vincent Tournante à Irancy (89)

La
Saint-Vincent Tournante de Bourgogne 2016 va
donc prendre la direction de l’Yonne (89) pour s’arrêter à Irancy, un
village de 300 âmes où le temps semble s’être arrêté, mais aussi la seule et
unique appellation village
rouge de l’Yonne. Par ici, on n’est généralement pas du genre à bomber le torse
et les vignerons ont donc voulu une Saint-Vincent Tournante à leur image :
joyeuse, modeste et sans complexe. Dans cet esprit, aucun banquet à 200 euros
par personne n’a été organisé : « Cela ne nous ressemble pas »,
expliquent les vignerons. Au niveau des vins proposés à la dégustation dans les
caveaux, pas de ces cuvées rondes et rarement inoubliables issues d’assemblage
de vins ou de raisins offerts par les producteurs que l’on trouve souvent dans
les Saint-Vincent Tournante. Non, les visiteurs pourront déguster de
« vrais vins » rouges vinifiés et embouteillés par 32 vignerons
différents sur 11 millésimes.

Irancy est également un
endroit où les jeunes savent que s’ils sont là aujourd’hui, avec entre les
mains une appellation qui fonctionne, c’est grâce à celles et ceux qui les ont
précédés ; grâce à ces anciens qui ont su tenir le choc quand les choses
allaient beaucoup moins bien dans les années 1930-1940. La décoration des rues
rendra ainsi hommage à ces 65 familles qui se sont « cramponnées »,
posant les bases de la viticulture à succès d’aujourd’hui.

Infos
pratiques

www.irancy2016.fr

Kit de dégustation (1
verre, 1 porte-verre, 7 tickets de dégustation) : 15 euros.

Horaires

*Samedi 30 janvier 2016 :
défilés des confréries de Bourgogne à 7 h 30, messe de la
Saint-Vincent à 9 h 15, ouverture des caveaux à 10 h 00
(fermeture à 17 h 00).

*Dimanche 31 janvier 2016 :
défilé des confréries de l’Yonne à 8 h 30, ouverture des caveaux à 10 h 00
(fermeture à 17 h 00).

Repères

Irancy : AOC village rouge depuis 1998.

220 hectares plantés
(communes d’Irancy, Cravant et Vincelottes), dont 175 revendiqués en Irancy.

65 lieux-dits dont une dizaine est aujourd’hui revendiquée
par les vignerons (30 hectares environ).

12 vignerons.

85 % des vins sont
vendus en bouteilles par les vignerons.

Prix moyen des
vins : 10 à 15 euros TTC départ-cave.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines