Accueil Actualités Ladoix : Pierre et Vincent Ravaut créent leur propre domaine

publié le 23 janvier 2017

Ladoix : Pierre et Vincent Ravaut créent leur propre domaine

 


Le domaine Ravaut, à Ladoix-Serrigny (21), fait coup double !
Après le départ en retraite de leur père Gaston Ravaut, et sous le regard bienveillant de celui-ci, les deux frères Pierre
et Vincent Ravaut ont décidé d’un commun accord de séparer les vignes et de voler
de leurs propres ailes.
Vincent, 42 ans, travaillera 12 hectares -, Corton Hautes Mourottes, Corton
Bressandes, Corton Charlemagne, Ladoix 1ers crus la Corvée, les
carrières et Bois Roussot, Aloxe village et 1er cru …- et
s’installe au hameau de Buisson, dans les bâtiments du domaine familial et
garde le nom Gaston Ravaut.
Pierre, 40 ans, s’installe dans le village avec 7,5 hectares : Corton Les
Maréchaudes, Corton Charlemagne, Ladoix 1ers crus la
Corvée et Bois Roussot ainsi que le ladoix Clos Royer,. (ne sont pas mentionnées les appellations villages et
régionales). Le domaine s’appellera Pierre Ravaut.
Les deux frères ont vinifiés indépendamment le millésime 2016. Avec des
différences qu’ils expriment. « Mes vins sont, peut-être, plus fins.
J’extrais moins », explique Vincent. Ce que confirme Pierre : «
Mes vins sont peut-être plus des vins de
garde. » L’un comme l’autre travaillent les vignes en lutte raisonnée.
Le domaine a été créé du début du XXe siècle par le grand-père des
frères Ravaut.
Thierry Gaudillère

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines