Accueil Actualités Le Beaujolais vendange… et attend la pluie !

publié le 29 août 2017

Le Beaujolais vendange… et attend la pluie !

 

Christophe Renard (notre photo), vigneron à Saint-Etienne des Oullières, l’un des villages les plus précoces du Beaujolais, a commencé hier les vendanges dans ses Beaujolais-Villages, sous la canicule, et le millésime s’annonce de haut niveau ; les degrés naturels sont élevés (13 à 14) et les raisins dans un état sanitaire parfait. Dans cette vaste zone centrale du vignoble où il n’a pas grêlé cet été et quasiment pas plu depuis 3 mois, beaucoup de producteurs ont également commencé la récolte hier lundi ou le week-end dernier ; ils attendent avec impatience cette pluie qui est annoncée pour ce jeudi 1er septembre, accompagnée d’une baisse sensible des températures.
A quelques kilomètres de là, au Château Thivin, Claude-Edouard Geoffray a coupé hier, avec une petite équipe, une partie de ses chardonnays très mûrs et peu acides. La vendange des 30 hectares du Château va véritablement commencer demain mercredi 30 août pour les gamays dans un terroir chaud de la Côte de Brouilly, en exposition sud : Griottes de Brulhié, où les raisins flirtent déjà avec les 14 degrés naturels. “On compte beaucoup sur la pluie pour que les raisins qui ont parfois tendance à se flétrir se raffermissent. De plus vendanger à 35° est compliqué pour tout le monde : les vendangeurs et en cuverie où il faut rapidement refroidir les grappes pour éviter d’éventuels problèmes. Ceci étant, les peaux des raisins sont noires, épaisses, à l’évidence concentrées et les 2017 devraient être très proches en qualité des 2015”, s’enthousiasme le vigneron.Pour ce qui des volumes, précisons-le dans les zones non touchées par la grêle de juillet, le réseau maturité du Beaujolais a constaté un peu partout la présence de grappes relativement nombreuses, mais de petite taille, ce qui augure d’une récolte probablement moyenne à faible sur l’ensemble de la région.Dans les zones grêlées (Lantignié, Lancié, tous les crus sauf Brouilly et Côte de Brouilly au sud, Juliénas et Saint-Amour au nord), précisons-le à des degrés très divers, il semblerait (là où il reste une récolte digne de ce nom…), que la maturité aient finalement suivie son cours pour atteindre à ce jour des niveaux déjà élevés. Au domaine Louis-Claude Desvignes, à Morgon, le Morgon Côte de Py devrait donner une toute petite récolte et le climat Javernières un peu plus. “Sur nos 11 hectares, nous n’allons pas faire beaucoup plus de 10 à 20 hl/hectare en moyenne, mais les maturités sont bonnes ; nous allons commencer les vendanges dès samedi prochain et la pluie qui est annoncée devrait faire beaucoup de bien. 20 à 30 mm pour amener un peu de jus et surtout redonner du tonus aux raisins et on sable le Champagne”, lance Claude-Emmanuelle Desvignes.Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines