Accueil Actualités Le crémant fête ses 40 ans !

publié le 14 décembre 2015

Le crémant fête ses 40 ans !

 

L’appellation “crémant de Bourgogne” a été créée en
octobre 1975 ; pour fêter dignement ses 40 ans d’existence, l’Union des
Producteurs et Elaborateurs de Crémant de Bourgogne (UPECB) avait organisé, le vendredi 11 octobre dernier, une dégustation au
Musée des Beaux Arts de Dijon (21). Dans ce cadre prestigieux à la hauteur de l’évènement, le nouveau président de
l’appellation, Edouard Cassanet, directeur de la Cave de Lugny (71), a rappelé la
place que tient aujourd’hui le crémant en Bourgogne. 18
millions de bouteilles, plus communément appelés des “cols”, sont produites chaque année, soit 10% environ de la production totale bourguignonne. Les différents crémants sont produits à partir de raisins récoltés dans toutes les régions viticoles, de Chablis à Mâcon et même plus au sud dans le Beaujolais.

Jean-François Bazin, historien, écrivain et ancien président du Conseil Régional de Bourgogne, qui a dirigé l’ouvrage Le crémant
de Bourgogne paru très récemment (éditions Dunod), a évoqué
l’évolution historique des vins pétillants de Bourgogne, du mousseux de Musset
– le poète ! – au crémant d’aujourd’hui.

Quelques sommeliers bourguignons, sous la houlette de leur
président Michel Smolarek, ont ensuite présenté et commenté 5 crémants couvrant
toute la palette des terroirs bourguignons et des styles, du blanc de blanc au
rosé, en passant par des assemblages de plusieurs cépages, un blanc de noir et
un crémant millésimé.

Enfin, le buffet, qui a suivi cette dégustation, a permis de
tester et d’apprécier autour de 6 mets et de 35 crémants de Bourgogne de
différentes origines, les très nombreuses possibilités d’accords gastronomiques
qu’autorisent ces vins.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines