Accueil Actualités Le numéro 122 de Bourgogne Aujourd’hui arrive !

publié le 06 mars 2015

Le numéro 122 de Bourgogne Aujourd’hui arrive !

 

Dans cette édition de mars-avril, Christophe Bouchard a les honneurs de la rubrique rencontre. Depuis 1976, il a gravi tous les échelons de la maison familiale Bouchard Père et Fils (Beaune – 21), jusqu’à celui de directeur général, avant finalement de prendre sa retraite. Retour sur son parcours et ses confidence sur l’histoire bourguignonne récente.
Les dégustations s’ouvrent avec les vins de la colline des Cortons, dégustés sur le millésime 2012. Une grande année à avoir dans sa cave ! La magazine revient par ailleurs sur la géologie du secteur et décrypte les différents styles de vins en grand cru corton-charlemagne. Le second guide d’achat est consacré aux santenay et maranges. Si les quantités ne sont pas au rendez-vous, la qualité elle est belle et bien là, avec des vins structurés, riches et au fruité intense.
Focus ensuite sur le millésime 2005, qui mérité d’être considéré en Bourgogne comme le grand millésime de ce XXIe siècle débutant, surtout en rouge.
Le dossier de ce numéro est dédié aux vingt ans qui ont changé les vins de Bourgogne, avec un matériel (pressoir, tables de tri, régulation des température…) d’une qualité technique inédite mise au service des producteurs. Certains sont des petits bijoux de technologie, d’autres revisitent la tradition.
Le magazine a également poussé les portes de la Bourgogne, direction l’Alsace, pour une dégustation de gewurztraminer grands crus.
Enfin, Jérôme Brochot, chef du restaurant le France à Montceau-les-Mines, nous a reçu pour la rubrique accords mets et vins, autour d’un plat d’agneau absolument savoureux.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines