Accueil Actualités Le premier vigneron beaunois était Romain !

publié le 22 mars 2014

Le premier vigneron beaunois était Romain !

 

La voix enthousiaste qui résonne à l’autre bout du fil nous est bien connu. C’est celle de Jean-Pierre Garcia, enseignant-chercheur à l’Université de Bourgogne et archéologue. “Christophe, vous êtes à votre bureau ? Nous venons de trouver les traces d’une vigne romaine près de Beaune !” Cinq minutes plus tard nous voila sur les lieux, au bord de la zone de recherche où une dizaine d’étudiants en Master 1 AGES (Archéologie-Géologie-Sciences) grattent le sol au milieu de fosses allongées, d’un mètre à 1,50 mètre, ayant contenu 2 à 3 pieds de vigne. “Il va quand même falloir dater tout cela de façon très précise, mais la plantation est typique de ce que l’on trouve dans l’empire romain entre le 1er et le IVème siècle après JC”, explique Jean-Pierre Garcia, à qui l’on doit déjà la découverte il y a quelques années d’une vigne également de l’époque romaine du début de l’Empire (1er siècle après JC), dans les bas de Gevrey-Chambertin, en Côte de Nuits. A noter que la plantation probablement de l’époque romaine sur Beaune (en fait sur la commune limitrophe de Savigny-les-Beaune), se trouve également en plaine, mais à quelques dizaines de mètres seulement de vignes aujourd’hui plantées en AOC savigny-les-beaune premier cru. Cette plantation démontre une fois de plus que la “conquète” des coteaux par la vigne en Bourgogne ne s’est faite que plus tard, au moment de la chute de l’empire romain d’occident. Après la Côte de Nuits, la Côte de Beaune… Une nouvelle preuve de l’origine romaine du vignoble bourguignon est donc sur le point d’être apportée. On sait en effet que si les Gaulois buvaient du vin et si la vigne était probablement présente à l’état sauvage avant l’arrivée des Légions de César au nord de la Gaule, il a fallu attendre la conquète romaine pour que la production de vin se structure et se développe en Bourgogne.Le lieu où ont été trouvées ces quelques traces de vignes sans doute antiques est également très symbolique, puisque Jean-Pierre Garcia et ses étudiants ont fait leur découverte tout près de la cuverie moderne de l’une des maisons de négoce les plus réputées de Bourgogne : Bouchard Père et Fils. Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

William Fèvre entre de bonnes mains

Le Domaine William Fèvre vient d’être racheté par le Groupe Domaines Barons de Rothschild Lafite, propriétaire notamment du célébrissime premier grand cru classé en 1855 : Lafite Rothschild. Rencontre avec Saskia de Rothschild, 37 ans, gérante de la structure, la valeur n’attend pas le nombre des années, et Didier Séguier, l’homme qui a fait du Domaine William Fèvre ce qu’il est aujourd’hui, une référence incontournable à Chablis.

28 février 2024

Soirée de lancement de la Saint-Vincent Tournante 2025 de Ladoix.

Bye, bye Morey et Chambolle 2024, bonjour Ladoix 2025 !

Le village de Ladoix, tout au nord de la Côte de Beaune, ou, au choix, au sud de la Côte de Nuits (géologique), organisera la prochaine Saint-Vincent Tournante, les 25 et 26 janvier 2025.

09 février 2024

Les deux cuvées collectives de la Saint-Vincent Tournante 2024 de Morey-Saint-Denis et Chambolle-Musigny.

Et quels vins dégusterez-vous à la Saint-Vincent Tournante ?

Morey-Saint-Denis, Chambolle-Musigny… « L’affiche » de la Saint-Vincent Tournante 2024 fait tourner la tête de tout amateur digne de ce nom. Et puisse que l'on en parle, quels vins pourrez-vous déguster dans quelques jours, 27 et 28 janvier ? Des bouteilles données par les vignerons et deux cuvées rondes très réussies produites en 2022.

23 janvier 2024

Nos derniers magazines