Accueil Actualités Le “wine studio” Lafon-Meurgey ouvre près de Beaune

publié le 23 octobre 2015

Le “wine studio” Lafon-Meurgey ouvre près de Beaune

 

Le concept est très développé en Californie, mais beaucoup
moins en Bourgogne. Un « wine studio » c’est un lieu entièrement
équipé pour vinifier, élever et mettre en bouteilles ses vins, loué à
différents opérateurs qui vont ainsi se côtoyer et partager le matériel.
Dominique Lafon et Pierre Meurgey se connaissent depuis les bancs du collège ;
ils viennent de s’associer pour reprendre le Château de Bligny-lès-Beaune, à
quelques kilomètres de Beaune, Volnay et Pommard, et lancer ainsi l’un des
premiers « wine studio » bourguignons. Le Château de Bligny dispose en effet d’une cuverie et de caves bien
équipées de tout le matériel nécessaire : tables de tri, pressoirs
pneumatiques, cuves inox thermorégulées, etc.
200 000 euros vont même être investis d’ici la récolte 2016 pour
améliorer encore la prestation. Le coût de base d’entrée au “wine studio” s’établit autour de 400 euros la pièce de vin (228 litres), pour la place et le droit d’utiliser le matériel ; un tarif a priori intéressant quand on sait, pour ne citer qu’un exemple, que le moindre égrappoir dernier cri peut
coûter 45 000 euros.
Dominique Lafon gère le célèbre domaine des Comtes Lafon à
Meursault (Côte de Beaune – 21) et le Domaine Héritiers des Comtes Lafon, dans le Mâconnais (71). Il
possède parallèlement son propre domaine de 4,5 hectares et une activité de
négoce dont il a vinifié les vins au Château de Bligny pour la première fois en 2015. Pierre Meurgey, ancien directeur-général de la maison
Champy (Beaune) en a fait de même pour les vins de Côte-d’Or de son négoce
Meurgey-Croses créé fin 2013. Le tout est amené à représenter 150 pièces
environ, alors que les vastes caves climatisées du château peuvent en accueillir 700… Il
reste donc de la place. « Nous voulons bien sûr rentabiliser le lieu, mais
l’idée est aussi de donner au château l’esprit d’une pépinière où l’échange
sera la règle entre les locataires », explique Dominique Lafon, qui avec son
associé ne recherchent pas une personne qui viendrait vinifier 500 pièces de
vins mais plutôt plusieurs jeunes vignerons ou négociants de petite taille,
à l’image de leur première cliente : Jane Eyre. Cette jeune Australienne,
responsable des vins chez Chris Newman, à Beaune, vient de vinifier à Bligny
une vingtaine de pièces du millésime 2015.

Et la « fusée » comporte plusieurs étages. Le projet pourrait en effet s’étoffer et le vaste Château de Bligny accueillir à l’avenir un caveau de vente pour les « locataires » des lieux, des salles de dégustation et peut-être un gîte et/ou des chambres
d’hôtes.

Renseignements au 06 08 41 24
56.

Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines