Accueil Actualités Les œnologues de France réunis à Dijon

publié le 31 mai 2013

Les œnologues de France réunis à Dijon

 

Dijon accueille aujourd’hui le 53ème Congrès national des OEnologues. L’occasion de faire le point sur les objectifs de ce rendez-vous et l’avenir de la profession avec Olivier Goujon, responsable de la communication de l’Union des OEnologues de France.
Quels sont les enjeux de ce 53ème congrès ?« Ce rassemblement annuel est avant tout l’occasion de montrer une nouvelle fois l’engagement de toute la profession dans les politiques de santé publique. Compte tenu du contexte actuel, c’est important. Comme le rappelle Cyril Payon, le président de l’U.OE.F, nous devons être les acteurs d’une consommation responsable. L’oenologue se doit d’être prescripteur auprès des amateurs de vin et prescripteur incontournable de la filière avec arguments, précisions et exemples, sans jamais entrer dans la polémique ». 
L’oenologue doit-il jouer un rôle d’éducateur ?« Certainement. Il est important d’orienter les gens vers une consommation raisonnable. L’implication de la profession ne date pas d’aujourd’hui. J’en veux pour preuve le Mémento Vin et Santé que nous avions édité avec le label Vin et Société, qui représente tous les acteurs de la filière viti-vinicole. Pierre-Louis Teisseidre, secrétaire de la commission Vin et Santé à l’OIV préside d’ailleurs notre congrès ».
Où en est le métier d’oenologue aujourd’hui ? La profession se développe ?On compte aujourd’hui environ 350 nouveaux diplômés chaque année. J’entends par là titulaire du Diplôme National d’OEnologue, délivré par seulement 5 universités en France. De plus en plus de femmes s’orientent vers cette profession et les étudiants étrangers sont nombreux en France, notamment les Chinois. L’oenologue assure une fonction essentielle dans les dégustations et il doit être le garant du respect de la réglementation. Aujourd’hui, quand on parle d’oenologue, ce n’est plus la personne vêtue d’une blouse blanche dans un laboratoire. Il est sur le terrain, aux côtés des vignerons et même parfois avec les consommateurs pour faire déguster les vins. 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Corton et Corton Charlemagne défient le temps !

Comme chaque vendredi précédent la vente des vins des Hospices de Beaune, la maison Bouchard Père et Fils a une fois de plus mis les petits plats dans les grands ; au "menu" : un formidable déjeuner-dégustation autour de vieux Corton et Corton-Charlemagne grands crus... jusqu'en 1934 !

28 novembre 2022

Gevrey-Chambertin, des hauts et des bas en 2021 !

"Roi Chambertin" nous a récemment offert l'opportunité de déguster une centaine de vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2021, avec des hauts et des bas...

24 novembre 2022

Flavie Flament et Benoit Magimel ont fait flamber les enchères de la pièce de charité.

Nouvelle pluie de records aux Hospices de Beaune !

Produits global, prix moyen de la pièce, pièce de charité... Une nouvelle pluie de records s'est abattue hier sur la vente des vins des Hospices de Beaune.

21 novembre 2022

Nos derniers magazines