Accueil Actualités Mâcons 2014 et 2015 : Fraîcheur ou rondeur… pas si simple !

publié le 01 octobre 2016

Mâcons 2014 et 2015 : Fraîcheur ou rondeur… pas si simple !

 

On a souvent pour habitude de vouloir classer
les vins, de leur attacher des étiquettes et des styles, au risque de trop
simplifier la complexité des choses. Ainsi, on oppose souvent – et sans doute
un peu trop facilement – des vins qualifiés de minéraux – que l’on confond
aujourd’hui de plus en plus avec des vins acides – à des vins opulents, riches
et gras. On aurait donc d’un côté des vins vifs, frais, évoquant la roche mère qui les a vus naître
et de l’autre, des vins charnus et ronds révélant davantage la climatologie
solaire d’un millésime généreux ou l’élevage long et habile de quelques
vignerons.

La réalité est plus subtile et la dégustation
simultanée des vins des millésimes 2014 et 2015 nous a montré que les deux
« styles » ne sont pas aussi tranchés qu’on pourrait le penser.

Le millésime 2015 a certes connu une
canicule et une sécheresse exceptionnelle ; il a fallu vendanger
rapidement les chardonnays, fin août, pour éviter des degrés trop élevés. De
plus, les peaux très épaisses ont fortement compliqué le pressurage. Ceux qui
ont trop tardé à récolter leurs raisins se sont retrouvés avec des moûts
dépassant allègrement les 15° et ont affronté le risque d’avoir des sucres
résiduels difficiles à éliminer. Malgré toutes ces embûches, les blancs réussis
du Mâconnais 2015 sont somptueux, riches et souvent plus séducteurs que ceux de
la Côte-d’Or.
Leurs arômes, canicule oblige, évoquent davantage les fruits jaunes (mirabelle,
pêche, abricot) et exotiques (mangue, papaye) que les vins de certains
millésimes plus frais.
À l’inverse, la
climatologie plus fraîche et plus chaotique du millésime 2014 a produit des vins fins
et acidulés, à l’allure plus élancée.

La suite de l’article et le guide d’achat de près de 200 Mâcon, Mâcon-Villages, Mâcon + nom de communes, blancs et rouges, 2014 et 2015, au rapport qualité-prix
inégalable en Bourgogne (6 à 15 € la bouteille en moyenne) sont à lire dans le n°131 de Bourgogne
Aujourd’hui. Le magazine, et son supplément Beaujolais Aujourd’hui n°17, sont disponibles à l’achat au numéro. Diverses formules d’abonnement sont également disponibles en ligne.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Meursault village Les Tessons.

Meursault 2019-20 : une opposition de styles rassurante !

Si le concept du réchauffement climatique peut s’appliquer sans la moindre réserve aux millésimes 2019 et 2020, la comparaison s’arrête là. Le premier est plein de richesse, le second beaucoup plus frais, presque « classique » et c’est finalement très rassurant…

22 juin 2022

Nos derniers magazines