Accueil Actualités Millésime 2013 : une année dans la douleur

publié le 04 décembre 2013

Millésime 2013 : une année dans la douleur

 

Bon nombre de vignerons s’accordent à
dire que 2013 ne sera pas le millésime du siècle. Après un printemps exécrable,
2013 a donc été compliqué jusqu’au bout. Un tri sévère de la vendange était
indispensable en pinot noir, et souvent aussi en chardonnay. Le fait marquant
de l’année reste un niveau qualitatif très hétérogène. Le pinot noir nous
semble avoir le mieux réagi, comme souvent les années de petites productions.
Les vins sont purs et expressifs sur le plan aromatique, colorés. Les maturités
sont globalement restées modestes avec une fourchette située entre 11 à 12
degrés. Le recours à la chaptalisation a été systématique, une habitude que la
Bourgogne avait perdu depuis quelques années.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines