Accueil Actualités Millésime 2016 : Puligny met les bouchées doubles !

publié le 03 avril 2017

Millésime 2016 : Puligny met les bouchées doubles !

 

“Quelle drôle d’idée d’illustrer un article sur bourgogneaujourdhui.com avec un camion frigorifique!”, allez-vous sans doute penser. Quelques lignes d’explication.Nos dégustations des vins en cours d’élevage du millésime 2016 ont débuté le 8 mars dernier par les Nuits-Saint-Georges, Vosne-Romanée et Côte de Nuits Villages et elles se termineront le 13 avril prochain à Chablis. Un long marathon en 14 étapes, au cours duquel les 2 000 échantillons (une estimation…) dégustés nous permettront de vous livrer notre premier sentiment sur ce millésime de tous les extrêmes (pluie au printemps, sécheresse estivale, grêle, gel, rendements ridicules ou excessifs…) et de vous donner déjà quelques conseils d’achat. Compte-tenu de l’état actuel du marché des vins de Bourgogne, marqué globalement par la pénurie, mieux vaut parfois ne pas trainer pour faire ses réservations.Chaque année, nos dégustations du “nouveau millésime” ont lieu dans les villages et elles sont organisées par les vignerons. Plusieurs villages sont généralement regroupés dans une même dégustation et l’organisation tourne d’un village à l’autre. Nous en arrivons au camion frigorifique… En 2016, les vins du millésime 2015 avaient été dégustés à Chassagne-Montrachet dans des conditions de températures très “limites” pour des vins blancs. C’était au tour de Puligny-Montrachet cette année et François Carillon n’a pas hésité à amener le fourgon frigorifique de son domaine, un fourgon qu’il utilise notamment pour rafraîchir la vendange et/ou faire des livraisons, pour stocker les bouteilles déposées le 28 mars dernier au matin par les vignerons et négociants et dégustées dès l’après-midi à la salle des fêtes de Puligny. Résultat des vins stockés à 12 degrés et dégustés dans des conditions optimales par les oenologues, courtiers, amateurs… invités par Bourgogne Aujourd’hui. Profitons-en au passage pour remercier l’ensemble des vignerons organisateurs de nos dégustations ; dans l’écrasante majorité des cas ils font très bien les choses pour que nos dégustateurs puissent déguster leurs vins dans d’excellentes conditions et juger correctement les vins.Et le millésime 2016 dans tout cela ? Il nous reste encore 4 dégustations importantes à faire et tous nos commentaires seront publiés dans notre numéro de juillet-août. Une piste néanmoins. Dégustation après dégustation, il apparait de plus en plus clairement que ce sont les secteurs épargnés par le gel et la grêle qui ont le mieux tirés leur épingle du jeu avec parfois même de grandes réussites…Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines