Accueil Actualités Millésime 2017 : la Bourgogne a le sourire

publié le 21 septembre 2017

Millésime 2017 : la Bourgogne a le sourire

 

Après une succession de “petits” millésimes où la quantité faisait défaut, la récolte 2017 était attendue. “Nous sommes très contents”, a commenté Louis-Fabrice Latour. “Le millésime arrive quand on avait besoin de lui, avec une vendange saine, de qualité et de beaux degrés. En juillet, on ne savait pas qu’il y aurait une telle récolte. Il y aura des vins grandissimes, particulièrement dans les chardonnays. Il ne faut pas oublier que nous sommes les plus gâtés du vignoble français”. “On avait la phobie des rendements”, a poursuivi Claude Chevalier. “Finalement, la récolte devrait tourner autour d’1,5 million d’hectolitres, contre 1,2 pour le millésime 2016. Ce ne sera pas une récolte excessive, même si elle a été particulièrement généreuse en rouge. Les vignes gelées en 2016 ont bien donné cette année. 2017 sera à l’encontre de la réputation des vins en 7. La qualité évoque plutôt le grand millésime 1999”. Les deux hommes ont également profité de ce rendez-vous pour saluer la naissance de l’appellation Bourgogne Côte d’Or, portée par Philippe Charlopin. Les futures Cités des Vins de Bourgogne ont elles aussi été évoquées. “Le plan de financement est désormais bouclé. L’appel à projet pour trouver un architecte pour la Cité de Beaune sera lancé début 2018”. L’ouverture des 3 sites -Mâcon, Beaune et Chablis- aura lieu au plus tôt fin 2020. 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines